MC Oran: L’éclaircie n’est pas pour demain

mardi 18 juin 2019 à 8:13
Source de l'article : Lequotidien-oran.com

M. Zeggai

Il est écrit quelque part que le Mouloudia d’Oran ne sortira jamais de son labyrinthe et que l’éclaircie n’est pas pour demain. C’est du moins l’impression qui s’en dégage. Dernier scénario: Mouloud Cherifi, le wali d’Oran, a pris l’initiative de provoquer une réunion d’urgence avec les anciens joueurs pour essayer de trouver des solutions pour mettre fin à cette mascarade qui frappe de plein fouet le MCO. Lors de ce conclave, il a été décidé de désigner Cherif El Ouazzani comme directeur technique.

A cet effet, la réunion prévue avant-hier à l’hôtel Royal, devant officialiser l’installation de Cherif El-Ouazzani dans son nouveau poste, n’a pas eu lieu compte tenu de l’absence de la majorité des actionnaires pour diverses raisons. Seuls Benmimoun et Bessedjarari étaient présents sur les lieux. Hacene Kelaidji est arrivé en retard et a rebroussé chemin après avoir été informé par le report à aujourd’hui de ce conclave des membres du conseil d’administration. Le wali d’Oran, soucieux de la situation du club, a suivi les évènements de cette rencontre par des contacts téléphoniques avec le DJS. Pour éclairer l’opinion publique et les supporters en particulier, les journalistes ont été interdits d’accès à l’hôtel. Renseignements pris : «C’est le DJS, Badreddine Gharbi, qui nous a donné des instructions», nous a affirmé un agent de la sécurité de l’hôtel. Comme si les journalistes étaient à l’origine de la crise du Mouloudia ! «C’est un abus de pouvoir qui n’a aucun sens», a avoué un collègue.

En somme, ce report est encore une fois préjudiciable au MCO au moment où les autres équipes ont déjà entamé leur recrutement. Pire encore, le MCO vient de perdre déjà deux joueurs, Helaimia qui a signé au profit du club belge, Beershot, et Toumi qui a opté pour la JS Saoura, sans compter Litim qui, selon une source bien informée, compte récupérer sa libération pour aller monnayer son talent ailleurs avec en plus les éléments en fin de contrats, tels que Mekkaoui, Mansouri, Gherbi pour ne citer que ceux-là. Du pain sur la planche pour Cherif El-Ouazzani s’il venait à être confirmé dans son poste. Aux dernières nouvelles, nous avons appris que Moaz Bouakaz est bien parti pour faire son come back, mais en cas d’échec il n’est pas écarté de voir Cherif El-Ouazzani avec une double mission, DTS et entraineur de l’équipe, une sorte d’un manager à l’anglaise.

Entre les interminables attentes des bilans, la revendication des supporters, les clans entre les anciens joueurs, l’acharnement des actionnaires, c’est le MCO qui est pris en otage. Par l’engouement populaire qu’il suscite, le Mouloudia d’Oran est utilisé à des fins personnelles et le bout du tunnel est encore loin. Le problème au MCO c’est que tout le monde veut tirer profit de la grandeur du club, mais personne ne répond aux critères et à l’histoire de cette prestigieuse formation qui génère des dizaines de milliers de fans.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
59 queries in 0,206 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5