L’ONU appelée à mettre en place les mécanismes pour assurer la protection des droits de l’homme au Sahara occidental

L’ONU appelée à mettre en place les mécanismes pour assurer la protection des droits de l’homme au Sahara occidental

arton117091-a3d6b.jpgarton117091-a3d6b.jpgLe président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui Mehrez Lamari a appelé mercredi à Boumerdes l’Organisation des Nations unies (ONU) à mettre en place des mécanismes permettant de garantir la protection des droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental, objet de violations.

Intervenant à l’ouverture de l’université d’été consacrée aux cadres de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), M. Lamari a souligné qu’il était temps que la communauté internationale, à sa tête l’ONU, réagisse « pour mettre un terme aux graves violations des droits de l’homme par l’occupant marocain à l’encontre de sahraouis sans défense dans les territoires sahraouis occupés ».

« La participation de la société civile algérienne aux travaux de cette université d’été est la preuve du soutien indéfectible et juste de l’Algérie au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination », a-t-il ajouté.

Poursuivant son allocution, M. Lamari a souligné que la position de l’Algérie à l’égard de la question sahraouie émane des textes juridiques internationaux conçus dans le cadre des questions de décolonisation et de libération des peuples, et s’inspire de la déclaration du 1er novembre 1954, date du déclenchement de la guerre de libération nationale.

« Les surenchères marocaines vouées à l’échec qui visent à affaiblir la position de l’Algérie, à propos de cette question, par des moyens multiples dont notamment la drogue, n’influeront point sur la position de l’Algérie qui soutient le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination conformément à la légalité internationale et aux résolutions des Nations unies », a-t-il ajouté.

D’autre part M. Lamari a salué « l’esprit de lutte et de résistance » qui anime le peuple sahraoui de génération en génération durant quarante années de lutte.

L’Université d’été des cadres de la RASD s’est ouverte mercredi matin dans la wilaya de Boumerdes avec la participation de 400 cadres, de représentants de la société civile algérienne et de personnalités internationales engagées dans la défense des droits des peuples à l’autodétermination.

Les travaux de l’Université, organisée sous le thème « l’Etat sahraoui indépendant, seule solution », se poursuivront jusqu’au 25 août