Loi sur le recrutement des personnes aux besoins spécifiques: Des mesures coercitives contre les entreprises contrevenantes

Loi sur le recrutement des personnes aux besoins spécifiques: Des mesures coercitives contre les entreprises contrevenantes

J. Boukraa

Loi sur le recrutement des personnes aux besoins spécifiques: Des mesures coercitives contre les entreprises contrevenantes

A l’instar des autres wilayas du pays Oran a célébré hier la Journée internationale des personnes aux besoins pacifiques. Pas moins de 38.846 personnes aux besoins spécifiques ont été recensées à Oran. Ce chiffre englobe toutes les catégories de handicaps. Selon madame Doukara, chef de service des personnes aux besoins spécifiques auprès de la direction de l’action sociale, « ces personnes sont réparties comme suit: 15.131 handicapés mentaux, 16.096 handicapés moteurs, 5.776 non-voyants, 1.843 sourds-muets ».
Près de 5.800 bénéficient d’une allocation de 4.000 DA/mois qui est allouée aux personnes handicapées invalides à 100%, âgées de 18 ans et plus et ne disposant d’aucun revenu. Cette allocation s’inscrit dans le cadre des prestations d’aide sociale servies en espèces qui visent à assurer un revenu à cette catégorie sans ressources. Aussi, 9.385 bénéficient d’une allocation de 3.000 dinars, alors que près de 29.000 bénéficient d’une couverture sociale (la carte Chifa) et 1.600 ont des cartes de gratuité du tramway et 985 ont bénéficié cette année de la carte du transport ETO.

Malgré les efforts et les mesures prises par la direction de l’action sociale, cette frange de la société rencontre d’innombrables problèmes et se sent marginalisée. Les personnes handicapées demandent d’avoir les mêmes droits que les autres. L’accès à l’éducation, au travail, au logement, aux services, avec ceci de particulier qu’une adaptation spéciale soit apportée aux offres pour éviter la discrimination. En effet, l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés pour les entreprises, principe de non-discrimination, obligation de négocier des mesures relatives à l’insertion professionnelle, accessibilité généralisée, tel est le cadre législatif fixé en faveur des travailleurs handicapés en Algérie. Mais sur le terrain la réalité est tout autre. Les entreprises refusent de recruter des personnes aux besoins spécifiques.

Dans le cadre des efforts de la l’agence de l’emploi envers cette catégorie de la population, une quarantaine de handicapés ont été intégrés dans des postes d’emploi cette année pour une demande de près de 180 emplois. La loi de 2002 a beau prévoir un quota d’emplois réservés aux handicapés (1% dans chaque organisation), personne ne le respecte. « Dans ce contexte, de nouvelles mesures seront prises dans le cadre de l’application de cette loi et des sanctions sont aussi prévues contre les entreprises qui refusent l’application de cette loi », a tenu à souligner Mme Doukara.