Liassine Cadamuro-Bentaïba : «Halilhodzic m’a appelé lundi pour me dire qu’il allait me suivre désormais»

Liassine Cadamuro-Bentaïba :  «Halilhodzic m’a appelé lundi pour me dire qu’il allait me suivre désormais»

Ivory Coast's National footbal team coach Vahid Halilhodzic gives instructions to his players on November 14, 2009 during a Fifa 2010 World Cup match against Guinea at the Felix Houphouet-Boigny stadium in Abidjan. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO (Photo credit should read ISSOUF SANOGO/AFP/Getty Images)ᘒ塛偖䱔䩎䙇䙅ΛVahid Halilhodzic a appelé lundi en début de soirée le défenseur de la Real Sociedad, Liassine Cadamuro-Bentaïba. C’est le joueur qui nous l’a appris hier au téléphone. «Oui, le sélectionneur de l’équipe d’Algérie, M. Vahid Halilhodzic, m’a appelé pour me faire savoir qu’il allait suivre mes prestations avec la Real Sociedad et qu’on allait rester en contact dorénavant. Cet appel téléphonique m’a vraiment fait plaisir et j’espère qu’il y aura une suite heureuse à l’avenir. De mon côté, je dois me tenir prêt en tentant de gagner encore du temps de jeu avec mon club pour espérer mériter un tel honneur», nous a déclaré le défenseur polyvalent de la Real Sociedad.

Il a fait sensation depuis le match contre le Barça

A rappeler que Cadamuro-Bentaïba a pris part vaillamment au match nul (2-2) de son équipe contre le FC Barcelone de Léo Messi, jouant 25 minutes (en comptant le temps additionnel). Il avait été intégré par son coach, Philippe Montanier, comme milieu droit pour renforcer le couloir et freiner les assauts de David Villa. Ce que Liassine a fait avec brio, se distinguant comme un chevronné, face à Messi, Xavi, Inesta et Villa, pour ne citer que ceux-là.

Raouraoua aussi devait appeler Bentaïba

Ainsi donc, la FAF, par le biais de son puissant président, Mohamed Raouraoua, a donné son accord pour entrer en contact avec ce joueur qui a émerveillé les Algériens, surtout depuis sa prestation contre le Barça. Selon une source sûre, même le président de la FAF est entré en contact avec le joueur hier, histoire de l’assurer qu’il sera le bienvenu dans la famille des Verts, mais aussi pour le rassurer après cette histoire de tatouage qui a suscité bien des débats sur Internet et dans les colonnes malintentionnées d’une certaine presse en Algérie.

Nacym Djender

———————–

«Je le dis haut et fort, je ne suis pas chrétien !

Très touché par la polémique née de la découverte par les Algériens de son tatouage sous forme de croix sur la poitrine (côté cœur), Liassine Cadamuro-Bentaïba ne savait pas comment réagir devant autant de pression. Sans tenter de se défendre et assumant pleinement ses actes, le défenseur de la Real Sociedad s’est dit «triste de constater autant de débats. Les gens ont commencé à me juger sans me connaître. Ce symbole qui ressemble à une croix n’a aucune signification religieuse. Car je ne suis pas du tout chrétien, contrairement à ce que les gens croient. Si je l’avais été, je ne l’aurais pas caché. Je ne suis pas du genre à renier mes convictions. Or, je le dis haut et fort, je ne suis pas du tout chrétien. Alors, j’aimerais bien que les gens arrêtent toute cette polémique qui ne va rien amener de bien. Et puis, même si un footballeur avait une religion différente, quelles sont les conséquences sur un terrain de football ? Je suis footballeur, alors, je souhaiterais qu’on me juge uniquement sur mes prestations, pas sur mes tatouages ou sur ma vie privée», a clarifié Liassine Cadamuro-Bentaïba.

Et même si un joueur était chrétien, ça gênerait qui en Algérie ?

Parfois l’hypocrisie de certains Algériens les pousse à faire des procès d’intention à ceux qui ne leur ressemblent pas, en osant même donner des leçons de théologie islamique, comme s’ils étaient eux-mêmes indemnes de tout reproche. Et pourtant, il suffit de les suivre une heure pour les voir faire le contraire de ce qu’ils conseillent. Le Coran les a cités à maintes reprises : «Ils disent ce qu’ils ne font pas.»

Qu’a-t-on à dire devant Chaulet, Audin, Vergès et les autres moudjahidine ?

Et même si un joueur de football venant d’Europe ou d’ailleurs se présente un jour chez les Verts avec des convictions religieuses autres que celles de l’Islam, quelle serait la réaction alors des Algériens ? Le chassera-t-on du pays juste pour cela, alors que chez nous, il existe une bonne partie de nos compatriotes qui sont athées et même chrétiens et qui ont largement contribué à la Révolution ?  Les Chaulet, Audin, Vergès, et on en passe, sont une infime partie parmi des milliers d’autres.

Saâdane : «Doit-on diminuer le rôle joué par les chrétiens pendant la guerre de Libération »

Rabah Saâdane en personne avait ouvert le débat à l’époque où Medhi Lacen, (l’élément le plus en forme du moment chez les Verts) était sauvagement critiqué par ceux-là mêmes qui l’applaudissent aujourd’hui. Pour défendre son joueur que certains avaient pris, alors, pour un fils de harki, loin de la culture algérienne, le Cheikh avait lancé : «Doit-on minimiser le rôle joué par des chrétiens et des Français de souche lors de la Guerre d’Algérie ? Il faut que les choses soient dites comme elles se sont passées. Beaucoup d’étrangers ont participé à la libération de notre pays. Que dire donc de ces jeunes qui se sentent algériens à part entière et qui veulent jouer sous les couleurs de l’équipe d’Algérie ?», s’est-il indigné.

«On doit sélectionner un joueur, même s’il est chrétien !»

Poursuivant sur le même ton, Saâdane s’était interrogé. «Qui peut oser leur interdire de le faire s’ils possèdent un passeport algérien et qu’ils se sentent profondément algériens ? Je ne peux pas refuser à un jeune dans ce cas de faire partie de la sélection d’Algérie, si c’est un bon joueur qui peut apporter un plus à l’équipe, même s’il est chrétien. L’EN est ouverte à tous ses enfants, qu’ils aient un nom algérien ou étranger.»

Pourvu que la France ne s’empare pas de cette affaire !

La réponse de l’ancien sélectionneur des Verts est on ne peut plus claire. Mais imaginons un instant que les Français s’emparent de cette affaire (qui n’en est pas une pour le moment) et qu’ils fassent le parallèle entre les Bleus et les Verts ? Ils feraient taire toutes les associations qui défendent les Musulmans en Europe, non ? La loi de la réciprocité, chère à l’Algérie, en prendrait un sérieux coup ! La présence de Zidane, Nasri, Benzema, Abidal, Ribery, Diara et le reste des joueurs musulmans de l’Equipe de France n’a gêné, à vrai dire, que les abrutis du Front National. Ce sera donc pareil chez nous. Et pourtant, l’Islam est la religion qui incite le plus à la tolérance. Que les vrais musulmans se manifestent alors !

———————–

«Voici la signification de mon tatouage»

En réalité, Liassine Cadamuro n’est même pas obligé de s’expliquer sur le tatouage qui a fait l’objet de toute cette polémique. Mais l’homme de 23 ans sait qu’en gardant le silence, les langues continueront à se délier. C’est pour cela qu’il a accepté de nous en parler. «A vrai dire, ce tatouage n’a aucune signification religieuse, bien qu’il ressemble à une croix», poursuit-il.

«Ma grand-mère, ma mère, ma sœur et mon père»

«C’est en fait le symbole de l’Occitanie, ma région natale. Je suis de Toulouse et tout le monde connaît cela chez moi. Maintenant, j’ai choisi quatre branches et il se trouve que ça coïncide avec une croix. Les quatre branches sont destinées à ma famille. La première, c’est pour ma grand-mère, la deuxième pour ma mère, la troisième pour ma sœur et la quatrième pour mon père. Et même quand le tatoueur était en train de la dessiner, je lui avais demandé de l’incliner volontairement pour qu’elle ne ressemble pas à une croix chrétienne. Je ne suis pas chrétien, mais je pense que je n’ai même pas à justifier mes convictions religieuses, car c’est quelque chose de très personnel. Je ne vois même pas l’utilité de m’expliquer sur ce que je fais», a ajouté Cadamuro.

———————–

«Cette histoire a inquiété ma famille»

Liassine Cadamuro a été profondément désolé d’apprendre toute cette polémique créée autour de son tatouage. Mais vu sa force de caractère, il n’a pas été  affecté pour autant, balayant d’un revers de main tout ce qui a été dit à son sujet. «Je n’ai pensé qu’à ma famille, en fait. A ma mère, ma grand-mère, mon père et les autres qui se sont fait du souci en apprenant tout ce qui a été dit à mon sujet. Il y a de quoi avoir peur, car on n’a pas l’habitude de faire parler de nous de la sorte», nous a confié le défenseur de la Real Sociedad.

«J’ai failli lever le frein à cause de tout cela»

C’est avec une voix pleine de regrets que Cadamuro nous apprit avoir été «tenté de lever le frein. Je ne voulais pas que les choses prennent autant d’ampleur. Je n’avais pas imaginé un seul instant que ce tatouage allait provoquer toute cette polémique. Je me suis dit que si je devais vivre avec cette pression en Algérie, à cause de ce tatouage, autant reculer tout de suite et laisser la place à quelqu’un d’autre. Mais après avoir discuté avec des gens sensés, j’ai été un peu rassuré. Mais, sincèrement, je ne voudrais pas qu’on reparle indéfiniment de cela», a-t-il souhaité.

———————–

«J’ai bien aimé ce qu’a dit Anthar Yahia à mon sujet»

Les propos d’Anthar Yahia dans l’une de nos éditions de la semaine ont fait très plaisir à Liassine Cadamuro. D’ailleurs, le joueur a tenu à adresser un mot gentil en direction du capitaine des Verts pour lui renvoyer l’ascenseur. «J’ai lu avec attention l’interview d’Anthar Yahia. C’est quelqu’un que j’admire pour ce qu’il a fait avec les Verts. Ses propos à mon sujet m’ont fait beaucoup de bien. C’est très rassurant d’être accueilli de la sorte avant même mon arrivée dans l’équipe. Ce sont des paroles de gentleman et ça se sent qu’il l’est aussi», a encensé à son tour Cadamuro.

N. D.