L’homme a brillé par ses compétences,Belhamdi est limogé puis rétabli en 24 heures

L’homme a brillé par ses compétences,Belhamdi est limogé puis rétabli en 24 heures

P120327-14.jpgCe revirement n’est qu’un nouvel épisode qui illustre la gestion hasardeuse des grandes entreprises publiques

Le P-DG d’Algérie Télécom est-il à ce point encombrant pour qu’on veuille se débarrasser de lui?

Hachemi Belhamdi, P-DG d’Algérie Télécom, a vécu les dernières 24 heures dans la tourmente. La genèse de ses déboires, il faut la chercher dans les agissements de Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. Hachemi Belhamdi ne devait plus être P-DG de l’opérateur historique de télécommunications depuis dimanche dernier. Moins de huit mois après sa nomination, il a été informé de son départ de la tête du groupe. Hier, la décision a été annulée. Ce revirement n’est qu’un nouvel épisode qui illustre la gestion hasardeuse des grandes entreprises publiques notamment dans ce cas par le ministre qui a pris cette décision dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle est inopportune, inappropriée et injustifiée au vu du parcours de Belhamdi.

Ce dernier a été appelé à la rescousse à la tête du groupe qui ne cessait de sombrer depuis quelques années dans les abysses. Il a été nommé P-DG d’Algérie Télécom le 16 août dernier en remplacement de Mohamed Debouz qui avait démissionné de son poste. Auparavant, bien d’autres responsables ont été limogés par les instances du pays, ou ont jeté l’éponge. La décision du limogeage de Hachemi Belhamdi n’a même pas été annoncée officiellement. Somme toute, ce n’est que justice puisque le P-DG a retrouvé son poste. Aucune explication n’a été fournie concernant ce revirement. La nouvelle du départ de Belhamdi a suscité des réactions de rejet parmi les travailleurs et les responsables du syndicat de l’entreprise. On sait que travailleurs et syndicat d’entreprise l’ont toujours soutenu pour lui témoigner leur reconnaissance devant le travail accompli et les ambitions grandioses nourries par la nouvelle administration. Quant au ministre, son bilan est plutôt mitigé. On se souvient que lors de sa dernière visite officielle dans une wilaya de l’intérieur du pays, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, l’a vertement réprimandé. Et en direct à la télévision devant des millions de téléspectateurs. Son secteur cumule les retards qu’il n’arrive plus à rattraper, au grand dam du grand public consommateur des divers services de la poste et de la téléphonie, sans oublier les autres prestations qui fonctionnent à pas hésitants. La tentative de limogeage initiée par le ministre actuel n’est qu’une manoeuvre pour renverser la tendance et lui barrer la route.

Le P-DG d’Algérie Télécom est-il un responsable encombrant au point de faire de l’ombre au ministre? Ce revirement peut-il être perçu comme un appui offert au P-DG en attendant d’y voir plus clair après les élections législatives? Faute de succéder dans l’immédiat au ministre, c’est plutôt le successeur du P-DG qui a été mis sur un piédestal. Il devait en fait, être remplacé par Azouaou Mehmel, qui occupe actuellement le poste de P-DG de Mobilis, la filiale de téléphonie mobile d’Algérie Télécom. Quelle que soit la personne pressentie pour occuper son fauteuil, on n’est pas certain de tomber sur une perle rare de la trempe de Hachemi Belhamdi. Tous reconnaissent en lui un manager compétent, honnête et crédible. Il ambitionne de redresser le groupe et de placer le client au centre de ses préoccupations.