Les voitures Renault prisées par les voleurs

Les voitures Renault prisées par les voleurs

P101031-06.jpgSelon certaines indiscrétions, la succursale Renault Algérie aurait du mal à assurer la sécurité des doubles des clés de certains véhicules réceptionnés au port de Djendjen.

Parmi les véhicules les plus «prisés» par les réseaux de trafic de véhicules, figurent en tête de liste de nombreux modèles de la marque au Losange. Contrairement aux autres marques de voitures, ceux de la marque Renault semblent aiguiser chaque année, l’appétit des voleurs de tout acabit. Ces derniers ont tellement excellé dans l’art de subtiliser leurs «proies» en plein jour, que de nombreux propriétaires de ces berlines françaises n’osent même plus garer, sans crainte, leur bien au pied de l’immeuble. Ainsi, l’on signale seulement à Alger, la volatilisation de spécimens précis comme l’utilitaire Renault Kangoo. Jusqu’à récemment, cette dernière aura détenu le titre peu enviable de voiture la plus volée par les trafiquants.

L’on rappelle que le nombre de véhicules volés à travers le territoire national a considérablement augmenté par rapport aux années précédentes. Depuis l’année 2000 et jusqu’à ce jour, les services de la Gendarmerie nationale ont, en effet, enregistré une hausse des vols de plus de 45%. Dans ce lot, une bonne part sont des Renault.

Outre le Kangoo, citons les autres spécimens particulièrement ciblés par les spécialistes du désossement et du maquillage de véhicules, notamment l’incontournable Clio Campus, la Renault Symbol ou encore les exemplaires de la marque Dacia.

Cette razzia opérée par les agents des filières clandestines a généralement lieu dans la périphérie des grandes villes, sinon aux endroits les plus insoupçonnables, tels les parkings ou les quartiers en apparence paisible car peu fréquentés. Les victimes sont des hommes et des femmes exerçant toutes professions.

Mais comme un vol n’arrive jamais seul, certaines indiscrétions font part de graves lacunes qui encouragent souvent ce dangereux phénomène.

Ainsi, l’on déclare que la succursale Renault Algérie aurait du mal à assurer la sécurité du double des clés de certains de ses véhicules réceptionnés au port de Djendjen, en l’occurrence, les modèles les plus prisés par la faune de receleurs et autres voleurs de voitures qui écument le pays.

Ces indiscrétions citent des défaillances qui sont à l’origine de l’interception par des personnes malveillantes de l’indispensable double des clés de véhicule. Ces derniers pouvant certainement se révéler de redoutables outils de délits, surtout que «l’ennemi invisible» opère de l’intérieur de la forteresse.

Et les témoignages qui étayent cette version foisonnent. Aussi, N.T. un fidèle client du constructeur Renault, affirme qu’après avoir commandé un modèle Clio Campus, ce dernier ne lui aura été livré qu’après presque une année d’attente et sans le nécessaire du double des clés. «Je suis resté huit mois dans l’expectative après avoir passé commande à la succursale Renault. Une fois informé de la disponibilité de mon véhicule, l’on a dû m’informer de devoir attendre quarante-cinq jours supplémentaires pour avoir le double de la clé de ma voiture.»

Avec de tels atermoiements auxquels s’ajoutent d’autres comme le chantage fait aux clients par les commerciaux dans les showrooms en vue d’accélérer les dossiers de la carte jaune. Avec de telles négligences et avec de pareils dépassements, Renault Algérie ne peut qu’alimenter les cavernes des Ali Baba de tout poil.

Nabil BELBEY