Les projets de « MEPI » ont l’aval du Gouvernement algérien et sont respectueux des lois

Les projets de « MEPI » ont l’aval du Gouvernement algérien et sont respectueux des lois

d7d6a9589b3a4f47423d3fe1ef092de2_L.jpgLe Directeur du bureau régional de l’initiative américaine de partenariat avec le Moyen Orient « MEPI », Steven Ebeli actuellement en visite à Alger, a affirmé que les projets initiés par « MEPI » avaient l’aval du Gouvernement algérien et étaient mis en œuvre dans le respect des lois de ce pays.

« Nos actions et nos initiatives sont menées en toute transparence, un principe auquel nous tenons », a indiqué M. Ebeli dans un entretien accordé à l’APS, soulignant l’impératif de travailler en coordination avec les associations non-gouvernementales et le secteur privé et de garder un contact « permanent » avec les services du Gouvernement par le biais du ministère des affaires étrangères.

La réussite de tout projet qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative de partenariat « est tributaire du degré de coordination entre les parties concernées, avec le concours des collectivités locales, lesquelles peuvent être sollicitées dans nombre de cas notamment pour l’octroi d’autorisations et de permis nécessaires à certains projets », a précisé le responsable.

« L’initiative du « MEPI » oeuvre sans cesse au respect des lois des pays dans lesquels elle active, c’est pourquoi elle ne coopère qu’avec les organisations agréées », a poursuivi M. Ebeli.

A une question sur le caractère sensible de certains volets sur lesquels repose le projet dont le libéralisme, l’égalité des sexes et la laïcité, M. Ebeli a répondu que « les idées émanent des organisations agréées par les autorités des pays concernés, nous ne faisons que leur apporter aide et assistance ».

« Les idées proposées par la société civile concernent, souvent, l’emploi et les aspirations économiques à même d’assurer un avenir prometteur aux jeunes », a-t-il précisé.

Cette initiative a été élargie aux pays maghrébins (Algérie, Tunisie et Maroc) avant 2010, a-t-il rappelé soulignant qu’il y avait des projets réels avec ces pays entre 2004 et 2005 après la consécration de la première phase avec les pays du Golfe.

Quant à l’existence de spécificités ou de disparités entre les régions du Golfe et du Maghreb, M. Ebeli a indiqué que « ces projets reposent sur les aspirations des peuples et les idées proposées par la société civile et non sur ceux de +MEPI+ », estimant nécessaire que « cette initiative, fondée sur le partenariat, réponde aux aspirations de ces sociétés ».

Concernant le volet politique et l’émergence de mouvements extrémistes dans le monde arabe, M. Ebeli a affirmé que l’initiative « s’intéresse uniquement à l’aspect économique et non politique ».

« Je suis venu présenter les projets de +MEPI+, car étant convaincu qu’ils ouvrent la voie à l’innovation et à l’expression de nouvelles idées économiques susceptibles de résorber le chômage », a-t-il dit.

Le directeur du bureau régional du MEPI s’est dit fier de la réussite de certains projets rappelant que 16 projets ont été initiés en Algérie.