Les parents et les enfants conviés à l’opération,La DGSN sensibilise les Algérois à la violence routière

Les parents et les enfants conviés à l’opération,La DGSN sensibilise les Algérois à la violence routière

64_slide_1_130826113249.jpgCette opération, supervisée par la DGSN et la sûreté de la wilaya d’Alger, sera généralisée à travers les 48 wilayas, en prévision des retours des grandes vacances. Elle s’ajoute également au plan Azur de la DGSN qui touche toutes les villes du littoral.

Alors que la saison estivale bat son plein, avec un chiffre effrayant de morts et de blessés sur les routes, et au moment où des milliers de familles préparent le retour, la Sûreté nationale a déployé de gros moyens pour sensibiliser les automobilistes afin d’observer le code de la route, pour endiguer le terrorisme routier.

En plus des barrages de contrôle, les policiers ont mobilisé toutes les cellules chargées de l’écoute et de l’action préventive (Ceap) à travers l’ensemble des sûretés de daïra et les unités chargées de la voie publique.

Cet événement d’une extrême importance pour la DGSN, mais aussi pour les conducteurs, revêt un caractère purement préventif, certes, mais se veut une énième interpellation aux chauffards et autres automobilistes qui butent sur des chocs mortels. Des familles entières décimées, des piétons fauchés, des estivants tués par nonchalance, des enfants écrasés par des chauffards, l’été 2013 restera dans les annales des accidents de la circulation en Algérie.

Et pour cause, 95% des accidents constatés sont dus à l’excès de vitesse, y compris dans les zones urbaines, pourtant désertées par les estivants au lendemain de la fête de l’Aïd el-Fitr.

“Je suis venu à Alger pour déposer mon dossier de visa et je suis tombé sur les barrages d’Oued Roumane et de Aïn Allah. Les policiers m’ont arrêté le temps d’une halte pour discuter du code de la route, du danger et des conséquences de la vitesse. Je trouve que c’est une idée originale d’aller directement vers le citoyen pour l’interpeller dans sa chair et sa conscience. L’idée d’associer des enfants dans cette opération est aussi très importante pour les parents conducteurs. Le fait de parler avec un enfant vêtu d’une tenue de policier frappe l’esprit, d’autant que j’ai reçu un dépliant de la main de ces bambins”, nous dira d’emblée Saïd, la quarantaine, originaire de Boumerdès.

Un autre conducteur, Yassine, très excité au volant, admet que “les accidents tuent chaque jour et que les Algériens sont épris d’excès de vitesse, même s’il met en péril toute sa famille”. Originaire de Dar El-Beïda, Yassine détient un permis probatoire.

Le policier en faction lui explique certaines règles à respecter pour maintenir la bonne conduite pour accéder à un permis définitif et à un permis à points. Son complice, en revanche, estime que “la loi est trop sévère et que le retrait du permis de conduire ne règle pas les choses”.

Malik argue que “cette méthode excite davantage les conducteurs”. Et de se contredire : “C’est aussi délicat qu’on enlève le droit de vivre à quelqu’un. Je pense qu’il faut sévir.”

Le responsable de la Ceap de Draria, Farid Nissas, accompagné de son staff, d’une dizaine d’enfants et de parents, estime que “cette action, à elle seule, devra interpeller les consciences. Nous avons associé des enfants et leurs parents, de telle façon à dire à tous que la sécurité routière est l’affaire de tous. Il y a trop d’accidents, il y a trop de morts et trop de deuil. Ça suffit ! On doit partager la responsabilité et dire aux automobilistes qu’il suffit d’observer des gestes simples de civisme pour juguler ce fléau. À la sûreté de la daïra de Draria, nous sommes convenus d’aller vers des actions de proximité. Certes, des milliers de familles partent encore en vacances, mais il faudra penser aussi au retour. C’est pour cette raison que nous avons conjugué tous les efforts pour marquer une halte et discuter directement avec les automobilistes”. Cette action d’envergure parrainée par la sûreté de la wilaya d’Alger devra toucher toutes les localités de l’Algérois, d’une part, et sera généralisée à travers les 48 wilayas d’une manière graduelle afin de sensibiliser les citoyens et les automobilistes. Des dépliants ont ainsi été remis aux chauffeurs de bus, de camions et de voitures de tourisme afin de s’imprégner davantage de la nouvelle loi sur la sécurité routière.

F B