Le wali d’Alger annonce 600 milliards pour l’acquisition de matériels “Je veux un Monsieur Environnement dans chaque commune”

Le wali d’Alger annonce 600 milliards pour l’acquisition de matériels “Je veux un Monsieur Environnement dans chaque commune”

wali_alger_zoukh_337380579.jpgLors de sa visite, mardi, dans la circonscription de Zéralda, il a eu, encore une fois, la désagréable surprise de faire une rencontre fortuite avec des monticules de déchets et de gravats tout le long de la route reliant les communes de Souidania et Rahmania.

Autres temps, autres mœurs, Abdelkader Zoukh, wali d’Alger, se dit d’abord “allergique” à la saleté, avant de cibler les maires qu’il montre du doigt à cause de la situation que la vitrine du pays vit en matière d’hygiène et de propreté. Et plus il va aux confins de sa wilaya, plus il est choqué. Lors de sa visite, mardi, dans la circonscription de Zéralda, il a eu, encore une fois, la désagréable surprise de faire une rencontre fortuite avec des monticules de déchets et de gravats tout le long de la route reliant les communes de Souidania et Rahmania. Excédé, il entamera son discours qui a suivi l’intervention des P/APC sur les problèmes de leurs communes respectives par : “Si la wilaya est disponible et disposée à vous assister en moyens et en finances pour régler les besoins de la municipalité, il est de votre responsabilité et surtout de votre devoir de prendre en charge le volet environnement. Ce n’est pas aux directeurs de la wilaya de le faire. L’état de saleté que connaît la capitale nous interpelle tous. Pour sa part, la wilaya est en train de mettre en place un dispositif de mesures dans ce sens. À vous de prendre en charge le volet qui vous incombe. Je veux un Monsieur Environnement dans chaque commune.” Au chapitre des moyens, une enveloppe de 600 milliards de centimes est dédiée à des marchés de gré à gré pour l’achat de matériels de nettoiement.

Le dossier a, selon le wali, été présenté récemment au gouvernement pour approbation. Survolant la question des conflits qui rongent les APC, il a conseillé les maires “d’être souples avec les opposants, privilégiant le dialogue car ce sont avant tout des Algériens qui ont des idées différentes”.

Au cours de sa tournée au niveau de la CA de Zéralda, Abdelkader Zoukh a inspecté le projet de réaménagement du centre-ville de Staouéli où il est prévu la réalisation d’une station de relevage et une conduite de refoulement au niveau du domaine Chikirou ayant pour objectif de protéger la commune contre les inondations. Au plan amélioration urbaine, la ville de Staouéli connaît le lancement des travaux de voirie, d’assainissement et d’éclairage public. À Souidania, commune à faibles rentrées fiscales, le maire a préparé un dossier sur les besoins de sa commune dont il s’est engagé à adresser à la wilaya et concerne essentiellement le logement et l’emploi. À Rahmania, la délégation de wilaya a été littéralement bousculée par la population, notamment les habitants de la vieille cité (Haï El-Qadim), un quartier datant du fameux Plan de Constantine initié par de Gaulle et qui regroupe près de 150 familles casées dans des conditions lamentables.

À Rahmania, commune créée en 1907, l’APC ne dispose pas de siège alors que ses écoles primaires datent de 1871. Cette localité compte près de 900 baraques. À Zéralda, le wali a assisté au lancement du projet d’aménagement du centre-ville. Les travaux d’amélioration urbaine au niveau de la cité Hamdani consistent en le drainage des eaux et les aménagements extérieurs et espaces verts sur un linéaire de plus de quatre kilomètres.

Mais la commune est confrontée à un sérieux problème de manque de cimetière. Le seul existant et qui date de 1949 ne répond plus aux besoins, ce qui a fait dire au maire que “dans peu de temps, on ne saura plus où enterrer nos morts”. La commune vit d’autres problèmes liés à l’emploi, à l’habitat précaire et aux infrastructures sportives (pas de stade).

À tous ces problèmes, le directeur de l’urbanisme, Amar Bensaâd, a expliqué que la CA de Zéralda compte parmi les plus importants pôles touristiques et urbanistiques d’Alger. Elle bénéficie à ce titre d’un ensemble de programmes, comme l’amélioration urbaine et le réaménagement du centre-ville avec une enveloppe financière de 37 milliards.

Comme il est question de la réhabilitation d’espaces de loisirs et le réaménagement de certains quartiers (Hamdani, Le Plateau). En somme, ce sont quelque 80 milliards de centimes qui sont mis pour le développement de cette commune. Globalement, la CA de Zéralda a bénéficié de 158 milliards de centimes pour son développement.

AF