Le siège du FLN saccagé par ses propres militants

Le siège du FLN saccagé par ses propres militants

Clipboard04.jpgMunis de matraques, de bâtons et de gourdins, des dizaines de militants se sont attaqués jeudi, au siège de la mouhafadha du FLN à Blida.

Ils ont saccagé le siège de cette structure locale du FLN, volé 7000 cartes d’adhérents ainsi qu’une somme de 31 millions de centimes.

Les dégâts auraient été plus importants, n’était l’intervention des services de sécurité qui ont vite rétabli l’ordre.

Les responsables des 14 kasmas de la wilaya ont tenu jeudi dernier une conférence de presse pour expliquer les tenants et les aboutissants de cette subite violence.

Selon le premier responsable de la kasma de Boufarik, Allani Merzak, «le mouhafedh Si Mohamed Issad est à l’origine de cette violence puisque c’est lui qui a ramené des gens de l’extérieur munis de couteaux et d’épées et criant des slogans religieux, qui sont responsables du saccage et du casse de la porte du local de la mouhafadha» a-t-il soutenu hier lors d’un entretien téléphonique.

Cette même source a affirmé que le mouhafedh «n’a pas cessé de faire valoir la légitimité de son action en mettant en avant la caution du secrétaire général».

Contacté à ce sujet, le responsable de la communication du FLN, Saïd Bouhadja, a minimisé les faits avant de déclarer que cette histoire n’est pas aussi simple du moment, dit-il, que le «renouvellement de la mouhafadha devrait avoir lieu avant la fin du mois de juillet en cours».

Il dira par la suite que la situation «va changer et le problème résolu lors de la désignation prochaine du mouhafedh».

Comme à l’accoutumée, la préparation du congrès du vieux parti suscite des remous et des tiraillements entre les différents clans.

Cette fois-ci, le linge sale se lave en public, un indice que quelque chose ne va pas au sein de ce parti majoritaire.

En effet, l’opération relative à l’installation des commissions de wilaya chargées de la préparation du 9e congrès du parti, a connu ces derniers jours une grande confusion et une anarchie totale dans quelques wilayas du pays.

La mouhafadha de Skikda a connu les mêmes événements que ceux de Blida.

Deux membres de la commission de préparation en l’occurrence, les ex-députés Abbès Mekhalif et Messaoud Messikh, ont décidé de «claquer la porte», selon la formule du premier nommé qui a expliqué que le superviseur dépêché par la direction nationale «a tenté d’imposer deux personnes non élues».

Selon Abbès Melkhalif, «le SG du FLN a violé la loi du parti en désignant d’office deux personnes».

Le responsable de la communication du FLN estime quant à lui, que les raisons invoquées par ces deux militants sont infondées: «Ce n’est pas vrai! La liste a été établie au niveau central. Abbès Mekhalif et Messaoud Messikh ont été convoqués au même titre que les autres membres (…) On ne peut pas exclure des cadres qui peuvent nous apporter quelque chose lors du prochain congrès», tient-il a souligner.

Selon Bouhadja, le retrait des deux responsables est une «sorte de faiblesse et une méthode ancienne» qui n’a plus cours aujourd’hui.

Des wilayas comme Mila, Médéa, Adrar et Aïn Defla sont elles aussi sujettes à des «problèmes organiques» même si le chargé de la communication du FLN tente d’apaiser les tensions. Ainsi il s’avère, selon ce même responsable, que la commission de préparation de la wilaya de Médéa a «été installée» tandis que les autres sont en «attente de l’être dans les prochains jours».

M.Bouhadja a indiqué enfin que des superviseurs ont été nommés.

A titre d’exemple il cite le député Si Affif qui sera dépêché à Tlemcen pour encadrer l’installation de la commission, Amar Tou sera lui à Béchar, Bouhara à Khenchela et Kasa Aissi à M’sila.