Le RND fustige l’ANIE : “Ce n’est plus une autorité indépendante”

Le RND fustige l’ANIE : “Ce n’est plus une autorité indépendante”

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) Tayeb Zitouni s’en est violemment pris, ce samedi 13 novembre, à l’Autorité nationale indépendante des élections, remettant en cause « son indépendance ».

Lors d’un meeting populaire organisé dans la wilaya de Chlef dans le cadre de la campagne électorale pour les élections locales du 27 novembre, le secrétaire général du RND a critiqué les démarches de l’Anie l’accusant de falsification des résultats des élections.

L’intervenant a, en effet, déclaré que l’Autorité nationale indépendante des élections, présidée par Mohammed Charfi, « n’est plus indépendante » soulignant qu’elle est devenue « une autorité destinée à orienter les résultats des élections ». Pour appuyer ses accusations, il affirme détenir des preuves quant à cela.

Zitouni a affirmé que son parti n’acceptera pas « les injustices et la discrimination ». À ce propos, il a évoqué des « militants exclus dans les listes du RND et accepter dans d’autres listes », dénonçant des pratiques douteuses.

« Nous sommes une force politique au service du pays et du peuple »

Le premier responsable au RND également a mis en garde contre « une contre-révolution visant à casser le processus électoral. Il souligne, en outre l’existence de certains « cercles qui œuvrent à affaiblir le RND, mais nous sommes une force politique au service du pays et du peuple ».

Toujours à propos de l’Anie, Tayeb Zitouni a souligné qu’il y a « des infiltrés dans les administrations qui utilisent l’autorité électorale afin d’exclure des militants honnêtes ».

Par ailleurs, l’intervenant ajoute que son parti a réitéré que son parti a « soutenu le président de la République », qu’il appartient « à la majorité parlementaire et présidentielle » et qu’il a « deux ministres dans le gouvernement ».

« Nous allons combattre la corruption et l’argent sale et nous allons nettoyer la scène politique des résidus de la Issaba », s’est-il juré devant la foule de militants qui n’arrêter pas de l’applaudir à chaque accroche.