Le rassemblement pacifique des sahraouis réprimé le jour de la visite de Ross,Le Maroc défie l’ONU

Le rassemblement pacifique des sahraouis réprimé le jour de la visite de Ross,Le Maroc défie l’ONU

The new United Nations envoy to the Western Sahara Christopher Ross speaks to reporters during a press conference at the Houari Boumediene International airport, on February 25, 2009 in Algiers. Ross who is on a regional tour said there is a "sincere willingness" from Morocco and the Polisario Front to pursue negotiations on the future of Western Sahara. Rabat has offered a form of autonomy for the territory under Moroccan sovereignty, while the Polisario wants a referendum on self-determination that would include the option of full independence. AFP PHOTO / STRLE RASSEMBLEMENT PACIFIQUE DES SAHRAOUIS RÉPRIMÉ LE JOUR DE LA VISITE DE ROSS

Le Maroc défie l’ONU

Le Maroc a, pour cette fois-ci, poussé le bouchon un peu trop loin. C’est du moins ce qu’a constaté hier, à Alger, une délégation des territoires occupés composée de 15 membres représentants de la société civile résistante et activistes des droits de l’Homme.

En visite en Algérie, sur invitation du Comité national d’amitié et de soutien au peuple sahraoui (CNASPS), cette délégation a condamné, une fois de plus, les agissements des autorités marocaines qui ont réprimé des représentants des associations sahraouies, à El Ayoun, samedi 23 mars, le jour de la visite de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, dans la région. Ce qui, à leurs yeux, constitue un défi lancé par le Maroc à l’Organisation des Nations unies. «Cela ressemble à un message des autorités marocaines à l’ONU voulant dire : vous faites ce que vous voulez et nous aussi», ont déduit les intervenants. L’ambassadeur du Sahara occidental en Algérie, Brahim Ghali, a, dans son allocution, insisté sur la nécessité de «ne pas perdre de vue que la question sahraouie est une affaire de colonisation», et qu’«au moment où des Sahraouis, notamment des femmes, sont torturés dans les rues d’El Ayoun, Christopher Ross doit prendre ses responsabilités».

De son côté M. Hacène, représentant du Front de résistance pacifique du Sahara occidental, a rappelé que la répression, la torture et autres agissements barbares exercés contre le peuple sahraoui dans les territoires occupés ne datent pas d’aujourd’hui, mais le fait nouveau consiste en la présence en ce moment de Christopher Ross. «Il est temps que l’ONU montre sa force ou disparaisse », a-t-il conclu.

M. M.