Le Qatar réalisera un complexe sidérurgique à Jijel : Bellara, un projet en acier

Le Qatar réalisera un complexe sidérurgique à Jijel : Bellara, un projet en acier

actualite2[30198].jpgL’Algérie et le Qatar ont signé samedi à Alger un mémorandum d’entente pour la réalisation d’un complexe sidérurgique dans la zone industrielle de Bellara, à Jijel, d’une capacité globale de 5 millions de tonnes d’acier/an.

Le document a été signé par le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, Mohamed Benmeradi, et le ministre qatari de l’Économie et des Finances, Youcef Hussein Kamel.

Au démarrage, le futur complexe sidérurgique de Bellara produira 2,5 millions de tonnes d’acier/an, avant de passer à 5 millions de tonnes/an. Il fabriquera notamment de l’acier plat et des aciers spéciaux qui serviront à développer l’industrie du rail en Algérie. Aucune indication n’a été donnée sur le montant de l’investissement de même qu’aucune information n’a été fournie sur les entreprises algériennes et qataries qui construiront ce complexe.

La société sera opérationnelle d’ici 24 mois, au maximum dans 30 mois.

En 2011, l’Algérie avait importé pour 10 milliards de dollars de produits sidérurgiques, soit près de 20 % de sa facture d’importation globale, selon les données du ministère de l’Industrie. La demande nationale en acier, actuellement de 3 millions de tonnes par an, pourrait atteindre 7 millions de tonnes en 2015, selon les prévisions d’ArcelorMittal Algérie, qui produit un million de tonnes d’acier par an.

Le ministre qatari de l’Économie et des Finances a souligné que le projet du complexe sidérurgique de Bellara faisait partie « d’une série d’investissements que le Qatar prévoit de réaliser en Algérie .« J’ai expliqué à M. Benmeradi au cours de notre entretien combien la partie qatarie est pressée de réaliser cet important projet auquel l’émir du Qatar accorde un intérêt particulier », a‑t‑il indiqué, selon l’APS. Benmeradi a précisé que le futur complexe d’un coût prévisionnel de 1,2 milliard de dollars, permettra la création de quelque 2.000 emplois directs. Il contribuera également à satisfaire la demande nationale en matière d’acier et à développer l’activité dans la région qui a « tout pour devenir une excellente zone industrielle eu égard à son important potentiel »

Outre le complexe de sidérurgie, le Qatar prévoit plusieurs projets d’investissement en Algérie, notamment dans la construction automobile. Selon le ministre qatari, des discussions sont en cours avec le constructeur allemand Volkswagen, dans lequel le Qatar est actionnaire, pour l’encourager à monter une usine de fabrication de voitures en Algérie. Le projet en question sera réalisé dans le cadre d’un partenariat entre l’Algérie, le Qatar et Volkswagen. M.Youcef Hussein Kamel a fait savoir, par ailleurs, que l’Algérie et le Qatar projetaient de créer « un fonds mixte pour réaliser ensemble des investissements à l’étranger ». Le ministre qatari a indiqué aussi que la partie algérienne, vu l’expérience qatarie en matière d’investissements à l’étranger, a exprimé le vœu de créer un fonds mixte pour réaliser des projets d’investissements en dehors du Qatar et de l’Algérie.

Salima Ettouahria