Le président de l’UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l’amorce d’un dialogue rapide pour éviter l’accentuation de la crise économique

lundi 20 mai 2019 à 11:32
Source de l'article : Radioalgerie.dz

La seule issue de sortie de crise à laquelle est confrontée d’Algérie reste le dialogue, mais avec des personnes crédibles et des représentants du pouvoir acceptés par le mouvement de contestation populaire.

S’exprimant, lundi, durant l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le président de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) considère qu’il n’existe pas d’autre solution à la situation délicate que traverse le pays que celle du dialogue.

M. Nourredine Bahbouh rappelle que le blocage auquel est soumise l’Algérie, en raison des difficultés à amorcer celui-ci, contribue à accentuer dangereusement la crise économique, se traduisant notamment, par des pertes financières qu’il évalue entre 10 à 12 millions de dollars/jour.

A travers le marasme qui, selon lui, est en train de se manifester au niveau des administrations et l’inquiétude qui se créé, jour après jour, au sein de la population, celui-ci croit déceler autant de risques qui devraient inciter à déboucher « le plus tôt possible » sur une période de transition destinée à légitimer le pouvoir.

Pour dépasser la période des atermoiements, il y a, dit-il, nécessité de parvenir à un consensus destiné à ouvrir la voie à un « dialogue constructif », incluant les partis de l’opposition et les personnalités politiques, pour débattre sur trois problèmes particuliers : convenir d’une date des élections, débattre de la loi sur les partis politiques et définir le rôle et les pouvoirs de la Haute instance d’organisation des élections.

M. Bahbouh se déclare, par ailleurs, contre l’idée d’une période transitoire de deux années, lui préférant celle de six mois. Il considère qu’il ne pourrait en être autrement, compte tenu, explique-t-il, des dangers pouvant entraver la relance de l’économie nationale et d’avoir à subir « les contraintes du FMI ».

Pour ce qui est du débat à ouvrir sur la nouvelle Constitution et sa rédaction, l’intervenant estime qu’en raison des risques de « nature idéologique », celui-ci, insiste-t-il, ne devrait avoir lieu que « lorsqu’il y aura un pouvoir et des institutions légitimes ».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
24 queries in 0,220 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5