Le Pen s’en prend au drapeau algérien

Le Pen s’en prend au drapeau algérien

2007-04-19T131215Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-PRESIDENTIELLE-LE-PEN-SARKOZY-PAPIER.jpgLe référendum suisse contre les minarets revient par la fenêtre sous forme d’une plainte déposée par le concepteur de l’affiche utilisée lors de la campagne électorale, contre le Front national de Le Pen.

Le directeur de l’agence de création graphique Goal, Alexander Segert, derrière l’affiche en question, cherche à travers ce dépôt de plainte, à se défendre contre toute accusation de politisation de son agence en déclarant ne travailler ni pour des partis de l’extrême gauche, ni pour ceux de l’extrême droite.

Le FN, voulant surfer sur la vague helvétique qui a interdit, après un référendum à l’initiative des membres du parti UDC (droite populiste), la construction de nouveaux minarets sur son sol, a comme dans ses habitudes versé rie «a encore donné la preuve de son panafricanisme en mettant un siège à la disposition de l’UCESA».

Il a soutenu que cette institution africaine s’attellera à mettre en oeuvre une dynamique en vue d’une implication effective des conseils économiques et sociaux dans le processus d’intégration africaine.

Le président de l’UCESA a relevé, en outre, la nécessité de favoriser le dialogue au sein de l’union et entre les acteurs de la vie économique et sociale de leur pays afin d’échanger des réflexions pour «pouvoir conseiller les décideurs dans nos pays», a-t-il dit.

Réitérant l’engagement de cette union continentale à soutenir les efforts des pays africains dans leurs priorités du développement social et économique, M. Kamano a souligné le rôle important de l’UCESA pour accompagner les gouvernements africains sur le plan politique, économique et social.

Pour sa part, M. Babès a réaffirmé l’engagement de l’Etat algérien pour le renforcement des relations entre pays africains et l’impulsion d’une nouvelle dynamique à l’UCESA.

Il a affirmé, dans ce contexte, l’attachement de l’union à oeuvrer pour la constitution d’entités économiques et sociales viables dans les autres pays africains pour faire de l’UCESA «une union continentale forte».