L’Algérie pourrait recourir au financement extérieur

A l’issue d’une séance plénière présidée, jeudi, par le président de l’APN Slimane Chenine, le premier ministre a évoqué la possibilité de recourir au financement extérieur pour financer les projets du plan d’action du gouvernement qui a été adopté par les député lors de la séance plénière.

« Nous allons aller vers l’argent qui existe un peu partout dans le monde sans toucher à notre souveraineté », a indiqué le ministre citant comme exemple les financements de la Banque africaine de développement (BAD) et des Fonds arabes d’investissements qui « donnent des prêts à très longs termes et avec des taux d’intérêts très faibles, qui ne touchent pas à notre souveraineté et ne remettent pas en cause les fondements de notre politique économique ».