L’Algérie doit réduire sa production pétrolière pour préserver ses réserves (Experts)

L’Algérie doit réduire sa production pétrolière pour préserver ses réserves (Experts)

d117d8bb21_puit-petrole-wiki.jpgL’Algérie devrait réduire sa production pétrolière afin de préserver ses réserves d’hydrocarbures aux générations futures, ont estimé vendredi des experts participants à la ö Convention du Front des Forces Socialistes sur l’énergie.

Intervenant au cours de cette rencontre organisée par le FFS sur les perspectives de développement du secteur de l’énergie l’ancien ministre de l’Energie, Nordine Ait Laoussine, a indiqué que le fort rythme de production des hydrocarbures enregistré depuis les années 2000 a provoqué un déclin des gisements.

Selon des estimations citées par l’ancien PDG de Sonatrach, l’Algérie a consommé les deux tiers de ses réserves pétrolières récupérables et plus de la moitié de ses réserves de gaz naturel.

« Un tel degré d’épuisement des ressources qui a conduit à une baisse de la production ces dernières années nous imposent la mise en oeuvre de mesures radicales, dont l’intensification de l’exploration et la maîtrise de la consommation nationale », a-t-il préconisé.

A ce titre l’ancien ministre de l’énergie a recommandé de plafonner la production pétrolière à un niveau qui permet le financement de l’économie.

Ce niveau de production nécessaire au développement de l’économie doit être discuté et faire objet d’un consensus entre tous les acteurs et institutions du secteur.

La préservation des réserves d’hydrocarbures prônée par plusieurs pays pétroliers comme la Norvège obéit au besoin d’assurer une disponibilité de l’énergie aux Algériens et une sécurité énergétique aux générations futures, a-t- il expliqué.

Pour autant, il considère que l’Algérie n’a pas dit son dernier mot concernant la reconstitution de ses réserves d’hydrocarbures conventionnels, dont le potentiel est important pour peu qu’elle accentue l’effort de l’exploration.

Abondant dans le même sens, l’expert pétrolier Chems Eddine Chitour a soutenu que l’Algérie « ne peut acheter la paix social en continuant » à pomper le maximum pour augmenter ses recettes.

« Faut-il stocker des dollars ou de l’énergie », s’est interrogé ce professeur des universités qui évoque le mauvais choix de cumuler des réserves de changes, générées par la rente pétrolière, des placement qui risquent de s’effriter si le dollar perdait davantage de sa valeur, selon lui.

Il considère que les réserves récupérables de pétrole doivent « exclusivement » servir à satisfaire la demande énergétique nationale en premier lieu.

Ce à quoi M. Ahmed Mecheraoui, conseiller auprès du ministre de l’Energie a répliqué en affirmant que cette préoccupation a été prise en charge par le gouvernement dans la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

La satisfaction du marché nationale est assurée par cette nouvelle loi qui oblige les partenaires de Sonatrach à céder leurs parts de production pétrolière au groupe algérien si l’Algérie éprouve des difficultés d’approvisionnement, a-t-il expliqué aux participants présents à cette rencontre initiée par le FFS, en vue d’ouvrir un débat transparent sur l’avenir du secteur énergétique algérien.