L’Algérie délaissée par les Tours-opérateurs parce qu’elle est la « matrice » d’AQMI !

L’Algérie délaissée par les Tours-opérateurs parce qu’elle est la « matrice » d’AQMI !

algerie-vacances_104888_465x348.jpgLa crise sécuritaire que connaît toute la région du Sahel vient d’ébranler sérieusement le tourisme saharien en Algérie.

De nombreux tours opérateurs français ont annoncé jeudi que prés de 80 % des prochains circuits touristiques dans le Sahara sont annulés. L’Algérie est la plus touchée par ces annulations car de nombreux Tours Opérateurs la considèrent comme la « matrice » d’AQMI !

Par conséquent, les plus prestigieux des Tours Opérateurs ont coché une croix sur les circuits prévus à Tamanrasset, Djanet et Timimoun. Ces décisions catastrophiques pour le Tourisme Saharien Algérien compromettent tout simplement la saison touristique de cette année et dont le lancement est prévu en octobre prochain.

A ce propos, Point Afrique, l’une des plus importantes agences de voyage en France dans le domaine des circuits sahariens, a décidé jeudi de suspendre 75 % de son activité dans la région à cause de l’insécurité croissante de la région sahélo-saharienne.

« La décision a été prise sur la base d’informations émanant des autorités et des partenaires locaux avec lesquels la coopérative entretient des liens étroits. 6 vols sur 7 sont déprogrammés dans la région : Agadez au Niger, Tamanrasset, Djanet et Timimoun en Algérie, Gao au Mali et Atar en Mauritanie. Seul le vol hebdomadaire vers Mopti, au Mali, est conservé », signale à ce sujet le patron de Point Afrique qui n’a pas manqué de souligner que ces annulations « auront des conséquences dramatiques sur les populations locales ».

Par ailleurs, de nombreuses agences de voyages spécialisés dans le Sahara et le Sahel risquent de subir des pertes financières importantes. D’ailleurs, certaines d’entre-elles n’ont pas hésité à préparer le licenciement d’une centaine de personnes en France.

En Algérie, des pertes énormes sont déplorées depuis la dernière saison touristique où la wilaya de Tamanrasset avait décidé d’interdire, une interdiction toujours en cours, l’organisation de circuits entre le Hoggar et le Tassili des Ajjers pour des considérations sécuritaires.

Dans ce contexte, près de 120 agences, et des centaines autres de guides, à Tamanrasset et Djanet sont aux abois et lancent en urgence un appel à l’aide pour sortir de cette catastrophe.

On le voit bien, le terrorisme dans la région nuit énormément à l’Algérie et son économie. A cela, il faut ajouter qu’il écorne dangereusement son image dans le monde entier…

Abderrahmane Semmar