Lakhdar Brahimi refuse de se prononcer sur le 5e mandat!

mardi 11 décembre 2018 à 10:39
Source de l'article : Echoroukonline.com

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Lakhdar Brahimi a écarté toute possibilité de voir le débat enclenché autour de la prochaine présidentielle se transformer en une crise politique, tout en exprimant son insatisfaction vis-à-vis de l’état des relations entre l’Algérie et le Maroc.

“Je ne pense pas qu’il y ait une crise dans le pays à cause des élections présidentielles”, a indiqué l’ancien chef de la diplomatie algérienne dans un entretien accordé au Jeune Afrique.

“A mon sens, il n’y aura pas de crise en Algérie ni en 2019 ni en 2020” , a estimé l’ancien émissaire des Nations unies pour la Syrie et l’Afghanistan.

Lakhdar Brahimi a, faut-il le rappeler, été accueilli à maintes reprises par le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, sachant que le premier a l’habitude de s’exprimer, au sortir de chaque entrevue,  devant la presse sur l’état de santé du président.

Lors de cette interview, dont la Une du jeune Afrique lui a été consacrée, l’ancien diplomate algérien a émis des réserves sur les analyses médiatiques et politiques sur l’actualité politique du pays:”Dernièrement, j’ai eu l’occasion de visiter quelques régions du pays et j’ai eu l’impression que l’Algérie est gérée de manière correcte”. En revanche, il s’est interdit de faire toute commentaire sur le 5e mandat de Bouteflika et de son état de santé, expliquant qu’il ne l’a pas vu depuis une année.

Pour ce qui est du prochain scrutin et la question qui retient l’attention de beaucoup de monde, à savoir le 5e mandat du président Bouteflika, le doyen des diplomates algériens a soutenu que “le Président n’est pas contesté en Algérie, ni par la classe politique ni par les Algériens”.

Sur la relation entre le chef de l’Etat et le peuple, il dira: “Les Algériens n’oublient pas ce qu’a fait le Président, à savoir le retour de la paix et de la stabilité”. A cela s’ajoutent, selon lui, les réalisations qui s’inscrivent dans le cadre du redressent du pays,  entre autres les infrastructures, les gros projets à savoir notamment l’autoroute Est-Ouest.

S’agissant des relations algéro-marocaines, il dira sans ambages:” Moi, cela fait vingt ans que je dis qu’il n’y a pas de raison que les relations entre l’Algérie et le Maroc soient dans cet état”, saluant par ailleurs les messages échangés entre le président Bouteflika et le souverain marocain Mohamed VI.

Sofiane. A. / Traduit par: Moussa. K.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 0,284 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5