Lakhdar Bouregaâ : La Fondation de la wilaya IV historique sollicite la « clémence » de la justice

Lakhdar Bouregaâ : La Fondation de la wilaya IV historique sollicite la « clémence » de la justice

Milina Kouaci

La Fondation mémoire de la wilaya IV historique a réagi, hier, à l’arrestation de l’ancien maquisard Lakhdar Bouregaâ par la justice au motif d’atteinte à l’unité nationale et au moral de l’ANP. La réaction de la fondation est signée de son premier responsable Youssef Khatib alias si Hassen, colonel de l’ALN et ancien chef de la wilaya IV historique.

Cette personnalité a attendu trois jours avant de s’exprimer sur l’arrestation de M. Bouregaâ et l’indignation qu’elle a provoquée dans les milieux politiques et associatifs d’opposition. La particularité de sa réaction est qu’elle ressemble en grande partie à celle de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), qui s’est contentée de confirmer le passé révolutionnaire de M. Bouregaâ et de s’être abstenu de commenter l’action de la justice et des charges qu’elle a retenues contre lui : «Actes de démoralisation» et «atteinte à l’unité nationale». 

La différence est qu’elle demande à la justice de prendre en considération le passé glorieux de Bouregaâ et qu’elle fasse preuve de «clémence» eu égard à son passé, son état de santé et son âge avancé.

Dans le communiqué de la fondation de la wilaya IV, il est écrit que Youssef Khatib a réagi à l’incarcération de son ancien frère d’arme après « insistance » et sollicitation des anciens combattants et membres de la fondation. Dans ce document, il est expliqué que Lakhdar Bouregaâ a rejoint le maquis en 1956. Il a été mobilisé par l’armée coloniale dans le cadre du service national obligatoire et que son initiation militaire lui a permis, par la suite, de briller par ses faits d’armes, notamment à Médéa et ses environs, où il a contribué à installer et à activer les premières cellules de la Révolution, quand il était à la tête de la katiba Zoubiria. Ajoutant que Lakhdar Bouregaâ a été promu à de nombreuses reprises entre 1959 et 1960, pour devenir membre du conseil de la wilaya IV historique.

La réaction de la fondation de la wilaya IV, faut-il le rappeler, intervient après que des médias lourds, publics et privés ont colporté des insinuations selon lesquelles Lakhdar Bouregaâ aurait usurpé son identité et que son parcours de maquisard ne serait pas celui que l’opinion connaît de lui. Hier, la télé publique a précisé qu’elle n’a diffusé aucune information diffamatoire de Lakhdar Bouregaâ. « Ce qui a été diffusé est son parcours et son incorporation obligatoire au sein de l’armée française entre 1954 et 1956 avant que ce dernier ne rejoigne les rangs de l’ALN sous le nom de Lakhdar, qui n’est autre que le prénom de son frère, et qui n’a aucune relation (…) Ce qui a été diffusé est de source fiable et se réfère au communiqué du parquet d’Alger, sans spéculation aucune et sans porter atteinte à la dignité des personnes ». La famille du moudjahid en prison appréciera…