La République centrafricaine sera bel et bien là !

article-21789-br.jpgYanindji Celestin : (vice-président de la fédération) : «Nous n’avons jamais envisagé de nous retirer.»

Toute la presse en parle, y compris locale : la République centrafricaine serait sur le point de se retirer des éliminatoires de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations 2012 qui aura lieu conjointement au Gabon et en Guinée équatoriale.

Mais voilà que cette équipe sera bien présente lors de ses éliminations. Pour rappel, le tirage au sort l’a placée dans le groupe 4 en compagnie de l’Algérie, de la Tanzanie et du Maroc. La Fédération nationale centrafricaine de football a décidé de mettre cette fois le paquet avec l’espoir de voir sa sélection nationale arracher la qualification à la prochaine phase finale du prestigieux rendez-vous africain de football. C’est ce que nous a d’ailleurs confirmé le vice- président de la fédération Yanindji Celestin.

On avait évoqué le problème financier comme principal argument de cet éventuel retrait, mais finalement, les responsables du football centrafricain ont pu trouver des sources de financement qui leur permettra de couvrir les dépenses inhérentes à la participation des Fauves du Bas-Oubangui aux éliminatoires, grâce aux garanties donnés par le gouvernement local présidé par Faustin Touadéra.

La victoire à la Coupe CEMAC a donné de l’enthousiasme au peuple et au gouvernement

La principale cause ayant poussé le gouvernement centrafricain à mettre le paquet pour la sélection nationale est sa victoire le 13 décembre dernier en Coupe CEMAC (Coupe d’Afrique Centrale). La RCA avait, en effet, organisé cette compétition du 1er au 13 décembre 2009 à Bangui remportée par les Fauves du Bas-Oubangui face à la Guinée Equatoriale sur le score (3-0). Une victoire qui a donné de la joie au peuple centrafricain.

Suite à quoi le gouvernement n’a pas voulu décevoir la jeunesse locale, en prenant la décision d’être aux côtés de la sélection et lui apporter tous les moyens à même de réaliser ses objectifs.

Le président Ngaissona Edouard en France pour engager Jules Accorsi

Par ailleurs, nous avons appris d’un de nos confrères journalistes de la RCA que le président de la Fédération centrafricaine, Ngaissonna Edouard Patrice, se trouve actuellement en France pour négocier avec Jules Accorsi, l’entraîneur corse, pour prendre en main les Fauves du Bas-Oubangui.

Selon notre confrère, les négociations avancent dans le bon sens. Dans le cas d’un aboutissement, il sera secondé par l’actuel entraîneur intérimaire de la sélection, Jean-Jack Omby. Le président Ngaissona devrait être en principe de retour à Bangui dans quelques jours, tout en espérant bien sûr avoir obtenu l’accord final d’Accorsi.

Premier stage de préparation, la semaine prochaine

Selon le vice-président de la Fédéfoot Yanindji Celestin, le premier stage de préparation devrait avoir lieu la semaine prochaine à Bangui. Le but de ce stage, c’est la prise de contact entre le staff, les joueurs et la fédération, dans le but de fixer les projets de la sélection.

Jean-Jack Omby : (ent. intérimaire de la RCA) : «Face à l’Algérie,

le stade de Bangui sera archicomble»

En l’absence d’un entraîneur en chef, c’est Jean-Jack Omby qui s’occupe du volet technique de la sélection. Nous avons donc jugé utile de le joindre par téléphone pour en savoir plus sur la sélection de son pays. Il nous dira.

M. Omby, on aimerait bien savoir si vous allez vous retirer des éliminatoires de la CAN 2012 ou non ?

Il n’est pas question de nous retirer des éliminatoires de la CAN 2012. A présent qu’on est engagés dans cette compétition, on compte aller jusqu’au bout.

On parle de l’éventualité d’un retrait de la sélection à cause d’un problème financier ?

Il n’en est rien de tout cela. Je vous ai déjà déclaré qu’on ne se retirera pas des éliminatoires. Le bureau fédéral a décidé depuis longtemps de notre participation aux éliminatoires, je me demande pourquoi toute cette polémique.

Le gouvernement a-t-il donné des garanties pour apporter une aide financière à la sélection ?

Tout à fait. D’ailleurs, cela fait longtemps que l’Etat a donné son accord pour aider la sélection.

Peut-on connaître le montant qui sera mis à la disposition de la sélection ?

Sincèrement, non. Je suis mal placé pour donner des détails sur ce volet, il faudra voir avec les responsables de la Fédération.

Quels sont vos objectifs durant ces éliminatoires ?

Sincèrement, on va tout faire pour faire bonne figure durant ces éliminatoires. On veut donner une très belle image de notre pays. On a commencé à dresser nos plannings concernant la préparation. Il y aura bientôt un stage. On espère entamer les éliminatoires en force. La majorité de nos joueurs évoluent dans divers championnats africains, cela va nous permettre d’avoir plus de chance pour réaliser nos objectifs.

Après la victoire des Fauves du Bas-Oubangui en décembre dernier en Coupe CEMAC, il y a chez vous cette envie de bien faire et même de l’enthousiasme chez le peuple…

Tout à fait, tout le monde ici ne parle que de la sélection. Nous fondons beaucoup d’espoir de voir cette jeune équipe rivaliser avec les grands d’Afrique. Ce trophée remporté à Bangui a donné l’espoir au peuple et on ne veut pas le décevoir. Notre prochain match officiel à domicile se jouera malheureusement face aux Algériens et vous verrez un stade archi-comble. En tout cas, vous serez les bienvenus. Vous savez, on sera heureux de recevoir un pays mondialiste. Ce sera un grand événement chez nous.

Yanindji Celestin : (vice-président de la fédération) : «Nous n’avons jamais envisagé de nous retirer»

Etant donné que le président de la Fédéfoot se trouve actuellement en France pour négocier avec Jules Accorsi, pour prendre en main les Fauves du Bas-Oubangui, nous avons pu joindre son bras droit et vice-président de la fédération, Yanindji Celestin, pour en savoir plus et avoir l’avis de la fédération locale. Il nous a, en effet, confirmé que la République centrafricaine sera bel et bien présente lors des éliminatoires.

M. le vice-président, c’est Le Buteur, quotidien sportif algérien, qui est au téléphone ; on aimerait vous poser quelques questions ?

L’Algérie, j’aime beaucoup, surtout après avoir honoré le continent africain en Coupe du monde.

L’on parle d’un éventuel retrait de la sélection centrafricaine des éliminatoires de la CAN 2012…

On n’a jamais songé à nous retirer des éliminatoires de la CAN 2012. D’ailleurs, je me demande d’où vous avez eu cette information.

On a appris que la Fédéfoot traverse une crise financière…

On ne peut pas le nier, car on a de gros problèmes financiers. Malgré cela, on ne va pas se retirer. Vous savez, nous ici n’avons pas de sponsors, on n’a que l’apport du gouvernement qui subventionne d’autres disciplines.

Le gouvernement vous a-t-il donné des garanties ?

Oui, le gouvernement nous a donné des garanties pour aider la sélection. On nous a promis d’être à nos côtés. Vous savez, nous avons fait une demande au gouvernement pour nous débloquer 3 millions d’euros pour qu’on puisse prendre part aux éliminatoires, avec toute la préparation.

On sait que ce sera difficile de nous accorder la totalité de cette somme, mais on va chercher d’autres sources de financement. Une chose est sûre, le gouvernement s’est engagé à financer la sélection, maintenant, c’est à notre tour de trouver d’autres ressources financières par le biais du sponsoring.

Dans le cas où vous ne trouverez pas de sponsors, allez-vous vous retirer ?

Non, je peux même vous le certifier. Nous sommes optimistes, nous trouverons des sponsors qui allègeront nos difficultés fiancières.

Apparemment, la victoire en Coupe CEMAC a redonné l’espoir au peuple…

Tout le monde commence à rêver ici. La Coupe CEMAC nous a redonné beaucoup d’espoir. Même la Coupe d’Afrique centrale remportée par nos cadets au Cameroun a fait renaître l’espoir. On veut progresser, donc un retrait ne fera pas nos affaires.

Le président est en France pour engager un entraîneur français, n’est- ce pas ?

Absolument. M. Ngaissona se trouve actuellement en France pour négocier avec un technicien français pour qu’il prenne en main la sélection nationale.

Pourriez-vous nous donner son nom ?

Sincèrement, on a tenu son nom en discrétion totale. On n’a pas voulu le divulguer ici, mais comme vous m’avez appelé d’Alger, je vais vous faire l’honneur de vous le dire. Il s’agit Accorsi. En principe, ce sera lui le nouveau sélectionneur de la République centrafricaine.

Pour conclure, pourriez-vous nous parler du match qui vous attend face à l’Algérie ?

Ce sera un grand événement pour nous qui allons accueillir un mondialiste. En tout cas, vous serez les bienvenus. Vous allez être accueillis comme il se doit, c’est certain.