La limite d’âge portée à 30 ans, et la bourse à 5000 dinars, Toutes les communes de la wilaya auront leur CFPA

La limite d’âge portée à 30 ans, et la bourse à 5000 dinars, Toutes les communes de la wilaya auront leur CFPA

fp_rentree1.jpgL’âge des postulants pour intégrer les établissements de l’enseignement et la formation professionnels, a été porté à 30 ans au lieu de 25 ans, précédemment.

Cette mesure devrait permettre à beaucoup de jeunes Oranais exclus du système scolaire d’avoir un métier en suivant une formation dans les différents établissements de la wilaya, ainsi que dans les entreprises. C’est le cas des centres de cité Djamel et d’El Mohgoun, notamment sur lesquels pèse une forte demande.

Le ministère de tutelle a précisé que le projet de loi portant sur la formation professionnelle ne sera présenté devant l’Assemblée populaire nationale (APN), qu’après promulgation de la loi relative au travail, à la fin du premier trimestre de l’année en cours.

En effet, la loi portant sur la régulation de la formation professionnelle parue en 1981, est incompatible avec les changements et les critères qui ont touché ce secteur durant cette dernière décennie, ce qui a nécessité la révision du code 81. Le but escompté par cette révision et de garantir une formation de qualité pour les étudiants et être en parallèle avec les changements et les développements opérées dans les différents secteurs économiques, touristiques, et technologiques.

En effet, dans les centre de formation et d’apprentissage professionnels (CFPA) évoqués, un nouvel éventail de formations a été prévu cette année. Il permettra aux stagiaires d’obtenir des diplômes et une insertion dans la vie professionnelle dans le cadre des différents dispositifs d’emploi.

Les nouvelles procédures permettront aux étudiants de la formation professionnelle de maîtriser les nouveaux outils de l’industrie moderne, et précisément pour les demandeurs des micros crédits et qui sont confrontés souvent a l’obstacle de l’âge, et qui ne sera plus le cas suite à ces nouvelles lois, qui seront calculés et traduits en parallèle avec les besoins du marché et les préoccupations des étudiants.

Dans ce cadre, l’intensification des réalisations de logements ainsi que les différentes réhabilitations que connait la wilaya d’Oran, ont favorisé les demandes de formation dans le domaine de la construction et de l’urbanisme à connaître une forte augmentation, sans oublier ceux de l’informatique et des nouvelles technologies suite à l’implantation de nouvelles sociétés dans ce domaine.

Dans ce sens et pour répondre à la demande, chaque commune de la wilaya d’Oran aura son propre CFPA. Concernant, la bourse, elle a été revue à la hausse pour atteindre les 5.000 dinars, mais cette décision dépendra de la future loi de travail.

Dans le même volet, la coopération entre le ministère de l’Enseignement et de la formation professionnels avec le ministère de l’Intérieur, a fait état de la création de commissions mixtes qui regroupent des partenaires économiques et des directeurs exécutifs spécialisés dans le domaine du travail, cette commission entamera son travail au cours du mois de février prochain.

Elle aura pour charge de spécifier les besoins de chaque wilaya dans les différentes spécialités et domaines afin de subventionner d’une manière précise le marché du travail.

Ourabah Salem