La liberté d’expression,Entre l’intelligence et la politesse

La liberté d’expression,Entre l’intelligence et la politesse

P120922-11.jpgUtiliser cette liberté d’expression pour insulter autrui c’est cracher sur tout ce beau monde…

La communication, et parce qu’elle consiste à s’ouvrir sur l’autre, a pour fonction principale de rapprocher les personnes et les peuples.

Les médias, en tant que vecteurs essentiels de la communication moderne, sont donc concernés par cette noble tâche qui consiste à réduire les distances et à amoindrir les différences. Tenter de faire faire autre chose à ces médias c’est salir l’oeuvre humaine et en réduire les rêves à de simples dessins accrochés aux murs du salon du temps et sans autre signification que celle de meubler l’espace.

Il est malheureusement donné de constater ces jours-ci que tout le monde ne comprend pas la communication de la même manière et que tout le monde ne donne pas aux médias le même sens ou les mêmes fonctions. Certains, en effet, usent de ces médias pour séparer les hommes, pour les éloigner les uns des autres et, surtout, pour semer entre eux les graines de la haine, du mépris et de l’irrespect. Tel est le cas, par exemple, de ce pseudo réalisateur qui s’en est pris au Prophète (Qsssl) dans un film de dernier rang et de ce journaliste-dessinateur qui a tenu à produire des caricatures aussi odieuses que le film en question. Ce ne sont pas là les seuls cas connus mais ce sont les derniers en date et vis-à-vis desquels les réactions des musulmans n’ont pas encore cessé. Cependant, chaque fois que quelqu’un crie au scandale ou tente simplement d’attirer l’attention sur l’aspect inapproprié de ces utilisations des médias, on lui agite sous le nez le spectre de la liberté d’expression. Mais est-ce donc possible que, au nom de cette liberté d’expression, certains peuvent tout se permettre, même insulter les autres et porter atteinte à leur sacré et leurs convictions les plus profondes? Apparemment, les individus qui s’adonnent à de tels comportements au nom de la liberté d’expression posent la question inverse: est-il possible que, au nom du sacré et des convictions, certains tentent de limiter la liberté d’expression d’autrui?

A vrai dire, ces derniers préfèrent volontairement entretenir un dangereux amalgame entre la liberté d’expression et la liberté de pensée. Ce que des individus douteux comme Salman Rochdi, Stéphane Charbonnier ou autres pensent de l’Islam, de son Prophète et des musulmans n’est pas le problème et nous en voudrions pour preuve que nul n’a jamais demandé à ces individus de changer leurs idées ou leur compréhension du monde. Il doit certainement exister d’autres individus qui ont des idées similaires, sinon plus radicales, et cela n’a jamais provoqué de manifestations ou de colère chez les musulmans. Ceci est valable pour tous rapports entre les hommes. En effet, les hommes, entre eux, même lorsqu’ils sont amis, ne pensent pas toujours du bien les uns des autres, sans que cela ne provoque pour autant des conflits ou ne perturbe leurs relations. Cela relève de la pensée et comme nul ne peut ni ne doit juger les autres à leur intention ou, de manière générale, à leur pensée, les gens ne regardent pas les pensées des autres parce que la pensée relève de la sphère intime, privée, individuelle, sur laquelle nul n’a prise. L’expression, pour sa part, consiste à sortir de la sphère de l’intention, de la pensée, pour pénétrer dans celle des actes qui, à cause de leurs conséquences, s’étendent à autrui et les concernent, donc, d’une manière ou d’une autre. Penser de quelqu’un qu’il est tricheur par exemple est une chose, le dire en est une autre. A partir du moment où il y a expression, l’autre est interpellé ou engagé. C’est ce qui, normalement, pousse les uns et les autres à bien définir les limites de leurs expressions. La plus faible limite à la liberté d’expression est la politesse. N’est-ce pas que, souvent, et par politesse, on ne dit pas certaines choses qui pourraient fâcher? Que l’on nous raconte aujourd’hui que la liberté d’expression n’a pas de limite est un mensonge et une tromperie sans plus, car si cela était vrai, pourquoi les gens, y compris Charb et ses semblables, se révoltent lorsqu’on les insulte et répondent par un moyen ou un autre? pourquoi ne pensent-ils pas alors qu’il s’agit d’une liberté d’expression qu’il appartient à chacun de défendre?

Des hommes de tous bords et de tous pays ont dédié leur vie à la liberté du culte, de la pensée et de l’expression pour que leurs semblables vivent et essaient, les uns et les autres, de parcourir un bout de chemin ensemble, sans se blesser ou se haïr. D’autres ont donné leur vie pour que l’on ait le droit de nous exprimer librement.

Utiliser cette liberté d’expression pour insulter autrui c’est cracher sur tout ce beau monde… si ce n’est par intelligence, alors, au moins, par politesse. Que l’on cesse avec ces sottises!