La France sera ferme à l’égard de ceux qui s’attaquent à la communauté musulmane (ministre)

La France sera ferme à l’égard de ceux qui s’attaquent à la communauté musulmane (ministre)

16b79a52be734b5c5f57ff322e2cec26_L.jpgPARIS – La France sera ferme à l’égard de ceux qui s’attaquent à la communauté musulmane, a affirmé le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors d’une soirée de rupture du jeûne lundi à la Grande mosquée de Paris.

« Le Gouvernement (français) fera preuve d’une totale fermeté à l’égard de ceux qui s’attaquent à votre communauté », a-t-il déclaré, devant un parterre composé essentiellement de diplomates arabes et musulmans, de personnalités du culte musulman et de responsables associatifs.

Lors de cette rencontre, à laquelle a également pris part l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjama, le ministre chargé des cultes français a prévenu que quiconque attaque un Français en raison de sa confession ou de son origine doit être « impitoyablement recherché, arrêté et puni ».

Il a auparavant dit comprendre l’inquiétude de la communauté musulmane en France lorsque s’expriment des messages de haine contre l’Islam, que d’autres criminels profanent des moquées, insultent ou attaquent lâchement des femmes musulmanes dans la rue parce qu’elles portent le foulard.

« Il s’agit là d’actes intolérables. Je veux vous dire que le Gouvernement fera preuve d’une totale fermeté à l’égard de ceux qui s’attaquent à votre communauté », a affirmé  M. Cazeneuve, battant en brèche la thèse de ceux qui veulent faire l’amalgame entre Islam et violence.

« Associer l’Islam à la violence, ce n’est pas seulement vouloir dresser les Français les uns contre les autres, c’est profondément méconnaître ce que sont l’Islam et le fait religieux », a-t-il soutenu, citant le président François Hollande qui, lors d’une récente déclaration, affirmait que la France sait que l’Islam et la démocratie sont compatibles.

Le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubekeur, s’est dit « très sensible et ému » de l’attention du ministre français de l’intérieur qui a répondu favorablement à son invitation. « Son souci de faire de la France, musulmane ou non musulmane et tous individus rassemblés, un pays pacifique et de tolérance m’a vraiment ravi », a indiqué le président du Conseil français du culte musulman, lors d’un point de presse à l’issue de la cérémonie, marquée aussi par la présence de nombreux responsables locaux, dont des députés-maires.

La France compterait entre 5,5 et 6 millions de musulmans a en croire des chiffres récents du ministère de l’intérieur et des cultes.