La Banque d’Algérie va-t-elle lancer le dinar numérique en 2023 ?

La Banque d’Algérie va-t-elle lancer le dinar numérique en 2023 ?

Dans le cadre de la numérisation des paiements, la Banque d’Algérie envisage de lancer le dinar numérique. En effet, le premier ministre algérien Aimene Benabderrahmane a fait savoir que le gouvernement algérien vise à adopter une monnaie numérique nationale prochainement. Rappelons que cette déclaration a eu lieu en marge de sa participation aux travaux de la conférence sur les défis futurs des banques centrales, organisés à l’occasion du 60e anniversaire de la création de la Banque d’Algérie. 

À en croire les propos du premier ministre, cette nouvelle forme de monnaie ” assurera l’émission, la gestion et le contrôle sous le nom de dinar numérique algérien”. Par ailleurs, l’homme politique a indiqué que cette orientation va apporter un soutien à la forme physique de la monnaie. Le haut responsable susmentionné a fait état de l’importance de cette orientation numérique.

Spécialement, vu le développement digital auquel nous assistons. De ce fait, renforcer la sécurité et le contrôle des systèmes de paiement est désormais une nécessité imminente, selon Benabderrahmane. On précisera que l’adoption de cette approche survient en parallèle avec l’approbation du projet de loi relatif à la monnaie et au crédit.

Projet de loi sur la monnaie et le crédit : voici ce qui va changer

Comme on l’avait susmentionné, le conseil de ministres a approuvé le projet de loi sur la monnaie et le crédit. En effet, ledit projet va apporter des réformes fondamentales. Celles-ci visent à renforcer la transparence et la stabilité de la gestion financière en Algérie. Outre la modernisation des métiers liés à la gestion des banques. Sans oublier, l’adaptation de la loi aux réformes du système financier. 

À vrai dire, parmi les principaux avantages du projet de loi sur la monnaie et le crédit est l’éradication des marchés noirs. Ce qui signifie, la protection des devises et l’économie nationale de ce phénomène qui pèse sur le système économique algérien.