l’ex-ministre de l’énergie est également porteur d’un passeport américain, L’obstacle de la double nationalité

mercredi 14 août 2013 à 9:49
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Sans_titr__e_1_165660026.jpgCertains hauts responsables algériens jouissent de la double nationalité. Un fait dénoncé publiquement par le président Abdelaziz Bouteflika qui, étrangement, a participé activement à la promotion de plusieurs binationaux.

«Je ne connais aucun pays au monde qui donne des postes de souveraineté à des binationaux. Celui qui détient un passeport étranger ne peut pas avoir en même temps un passeport algérien».

Cette sentence, reprise par le journal français Le Figaro, a été prononcée par le président Abdelaziz Bouteflika en octobre 2007. Ce qui semblait alors être une menace du chef de l’Etat, n’était en fait qu’un coup de feu à blanc. Abdelaziz Bouteflika est sûrement le président algérien qui a le plus promu de binationaux aux postes les plus élevés de l’Etat. Chakib Khelil en est l’exemple parfait.

L’ex-ministre de l’Energie détient bien deux passeports : un algérien et un autre américain. Un statut très particulier qui n’a nullement gêné Bouteflika. Khelil a été nommé en qualité de ministre et il jouissait du privilège de ne rendre des comptes qu’au chef de l’Etat, en décembre 1999. Un poste qu’il n’a quitté qu’en 2010. Ce n’est pas tout, de février 2001 à septembre 2003, Bouteflika décuplera les pouvoirs de son protégé en le nommant P-dg de Sonatrach. Mais Khelil est loin d’être une exception. Abdelhamid Temmar, serait lui aussi un binational (il n’a jamais démenti les informations qui lui attribuent la double nationalité franco-algérienne) à avoir accédé au statut de membre du gouvernement.

De 1999 à 2012, il a été tour à tour, ministre chargé des Participations et de la Coordination des réformes, ministre du Commerce, ministre Conseiller économique, ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement et enfin ministre de la Prospective et des Statistiques. Mais au moment où il fustigeait publiquement les détendeurs de la double nationalité, Bouteflika s’était arrangé pour faire recruter une binationale à la tête de la direction de l’information de la Présidence de la République.

Ancienne journaliste de la RTA, Farida Bessa est citoyenne algérienne et sujet du Royaume de Belgique. Durant plusieurs années, elle a occupé le poste d’attachée commerciale et économique à l’ambassade de Belgique à Alger. Son arrivée au Palais d’El Mouradia avait provoqué des grincements de dents. Mais au plus haut sommet de l’Etat, les critiques ont toujours étaient étouffées. Nul ne peut s’opposer au choix du président de la République. D’autres responsables algériens jouiraient de ce statut, mais font en sorte de rester très discrets. Bien entendu, il n’est nullement question de critiquer un choix purement personnel. Sauf que dans certaines situations, la seconde nationalité peut s’avérer être une «valeur refuge».

Revenons au cas Chakib Khelil. Il est évident que l’ex-ministre de l’Energie profitera pleinement de sa citoyenneté américaine pour contrer les procédures engagées par la justice algérienne. Pour d’autres, la problématique de l’intelligence avec une puissance étrangère pourraient se poser concrètement. Tout est question de crédibilité.

L’Algérie doit-elle pour autant se passer d’une catégorie de citoyens compétents dont la seule différence réside dans le fait qu’ils disposent d’une autre nationalité ? Assurément non. Cependant, il est aujourd’hui urgent de lancer un franc et serein débat autour de cette question.

T. H.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
89 queries in 9,400 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5