Karim Tabbou évoque Gaid Salah, son fils et l’armée

Karim Tabbou a nié aujourd’hui lors de son procès les accusations portées à son encontre, en particulier l’atteinte à l’unité nationale, qu’il considérait comme sacrée pour lui.

« Je pleure quand je pense aux accusations…..j’ai du mal a admettre que mon fils de 7 ans quand il grandit et découvre dans le dossier de la justice que je suis accusé d’avoir atteint à l’unité nationale », a déclaré Tabbou lors de son interrogatoire par le juge de la session.

Le militant a fait savoir que la question de l’unité nationale est sacrée au sein de sa famille. « Ma famille a tissé des liens matrimoniaux dans 14 wilaya, comment se fait-il de m’accuser d’atteinte à l’unité national ? »

Tabbou a ajouté que les accusations contre lui avaient été portées sur la base qu’il était un militant politique et non sur la base du statut d’un citoyen algérien, de plus, sa poursuite et sa détention par les services de sécurité s’inscrivaient dans un contexte politique qui devait être compris et pris en considération afin de comprendre la vérité des charges retenues contre lui.

« J’ai appris à ne pas utiliser la violence dans ma lutte politique, je n’ai jamais incité à la violence, en 2001 lors des événements de la région de Kabylie lorsque des balles réelles ont été utilisées contre des manifestants, j’étais avec ceux qui rejettent la violence, à propos des idées séparatistes j’ai toujours défendu l’unité nationale, pour moi, pas d’Algérie sans la Kabylie, et pas de Kabylie, sans l’Algérie ».

Tabbou a ajouté: « Le respect de l’armée et des institutions de sécurité est une chose indispensable, et nous avons tous des membres de la famille dans l’armée et dans les institutions de sécurité, mais je suis un politicien qui refuse d’être évaluateur de lettres. De par ma nature, je suis une personne qui critique, et j’ai le droit de critiquer les décisions du Gaid Saleh .

« Il n’y a aucune preuve ni aucun dossier dans l’affaire, j’ai été surpris de renouveler le mandat dépôt à chaque fois », a-t-il ajouté.