JSK : D’Ecosse, Asselah rassure

JSK : D’Ecosse, Asselah rassure

Asselah.jpgA la surprise générale, le président Hannachi, qui préparait la rencontre avec Metref Hocine pour poursuivre l’opération recrutement estival, a, contre toute attente, procédé à la résiliation du contrat fraîchement signé par son gardien de but Malik Asselah qui a, faut-il le rappeler, rempilé pour une nouvelle saison.

La raison évoquée par la direction des Canaris et qui a motivé la décision de Hannachi de résilier avec son gardien de but, c’est le fait qu’il s’est permis un voyage en Ecosse où il se trouve en ce moment toujours sans le consentement de sa hiérarchie. Ce qui a irrité à plus d’un titre le premier responsable de la JSK Hannachi. Ce dernier a qualifié l’attitude de son dernier rempart d’incorrecte au moment où le club se bat pour assurer sa survie en Ligue 1.

Ainsi, avant-hier après-midi, le président Hannachi est entré en contact avec le frère du joueur, en l’occurrence Amar, pour lui demander de se présenter au siège du club muni du chèque qui a été remis à Malik le jour de la signature du contrat contre quoi il recevra son contrat résilié avec la JSK. Or et pour connaître la version de Asselah, et selon les quelques renseignements recueillis, la genèse de l’affaire remonte au fait que le frère de Asselah, sur demande de ce dernier, a souhaité obtenir une copie du contrat de Malik avant même que ce dernier ne regagne le pays le 8 juillet, une demande qui aurait été tout simplement mal interprétée par le président Hannachi.

Il a appelé Hannachi avant-hier soir

Pour sa part et pour montrer à son président qu’il n’ a jamais été question pour lui d’exercer un quelconque chantage à sa direction en demandant une copie du contrat, nous avons appris que Asselah, dès qu’il a eu vent de la résiliation de son contrat par le président en personne, a pris le soin de joindre ce dernier au bout du fil dans la soirée de lundi dernier pour lui expliquer que tout ce qui s’est passé n’est qu’un malentendu et qu’il n’a nullement l’intention de quitter la JSK pour laquelle il a renouvelé son contrat d’une année supplémentaire et avec conviction en plus au moment où plusieurs offres pleuvaient de partout notamment des grosses cylindrées de la Ligue 1.

Le président s’est plaint du fait qu’il ne l’ait pas relancé pour son départ en Ecosse

Comme écrit précédemment, le président Hannachi a reproché à son gardien le fait de se déplacer à l’étranger sans pour autant avoir au préalable l’autorisation de la direction. Il y a lieu de mentionner que les deux hommes ont eu déjà une conversation à ce propos et une demande aurait été déjà formulée par Asselah mais qui n’aurait pas encore été accordée à

100 % par Hannachi. Ce dernier justement aurait reproché aussi à Asselah le fait de ne l’avoir pas relancé.

Des personnes veulent semer la zizanie entre eux

Se fiant aux informations recueillies à propos de ce qui pourrait être qualifié de surprise de cette fin de saison, et selon les proches de Asselah parti à l’étranger, c’est qu’il y aurait des personnes qui ont tout fait pour nuire à la relation qui existe entre le président Hannachi et son gardien de but Malik Asselah pourtant convaincu au profond de lui-même de renouveler son contrat. Ces personnes auraient tout fait pour convaincre le président Hannachi de résilier le contrat du joueur sans la présence de ce dernier.

Une rencontre Hannachi-Asselah serait prévue pour le 9 juillet

Lors de la conversation téléphonique entre Hannachi et Asselah, il a été convenu que les deux hommes organisent une rencontre en tête à tête au lendemain du retour de Asselah d’Ecosse prévu pour ce vendredi le 8 juillet. Hannachi souhaite entendre de vive voix les explications de son joueur qui, selon ses proches, ne veut pas quitter la JSK pour rejoindre une autre formation.

«Je n’ai jamais fait de chantage, il y a eu simplement une mésentente»

Pour connaître un peu plus sur cette affaire et avoir la version des faits du concerné, nous l’avons joint au bout du fil. Voici ce qu’il nous a dit : «Croyez-moi, je n’ai pas cru un instant que mon contrat à la JSK est résilié, je n’arrive pas à croire qu’une telle situation puisse m’arriver, moi qui ai rempilé de mon propre gré et sans calculs, ni moins sans chantage et surenchère pour le club dont j’ai toujours voulu continuer à défendre ses couleurs. Je pense qu’il y a eu un malentendu, une histoire que je veillerai personnellement à régler une fois rentrée en Algérie.»

«Le président Hannachi n’était pas vraiment contre mon voyage en Ecosse»

«Je vous assure que je ne suis pas venu ici sans informer le président. Certes, je ne l’ai pas relancé depuis qu’on s’est entretenus la première fois il y a de cela une quinzaine de jours. Lorsque je l’ai informé pour la première fois de mon probable déplacement sur invitation d’amis, le président n’était pas contre l’idée d’autant plus que j’allais faire l’impasse sur le reste de la saison pour blessure. Je reconnais n’avoir pas eu la présence d’esprit de le relancer, car, au départ, il n’était pas contre», a précisé Asselah.

«Si je suis parti en Ecosse, c’est parce que je sais que ma blessure ne me permet pas de terminer la saison»

Et d’ajouter : «Si je suis parti en Ecosse pour passer quelques jours de repos en compagnie d’amis à moi, je savais pertinemment, et Guillou aussi le sait, que je ne pouvais pas reprendre la compétition avant la fin du championnat, après quelques soins à Bordj Menaïel. J’ai préféré poursuivre à Alger pour éviter les va- et-vient en ces temps de chaleur, avant de venir profiter de ces quelques moments de répit avant de revenir au travail.»

«Je sais qu’il y a des gens qui veulent nuire à ma relation avec Hannachi»

Et pour conclure, le portier Asselah regrette fermement que des personnes dont il a refusé de divulguer les noms font tout pour nuire à sa relation avec le président de la JSK, Hannachi : «Je sais que ce scénario est monté par ceux qui ont toujours voulu me salir et nuire à ma relation qui me lie au président de la JSK. Je compte régler cette affaire moi-même une fois de retour au pays. »

——————————————

Benkhodja officiellement contacté

Coup de théâtre à la JSK ! Alors que l’équipe s’apprêtait à reprendre les entraînements en prévision du dernier match de championnat contre le Mouloudia, le premier responsable du club, Moh Cherif Hannachi, a procédé avant-hier à la résiliation du contrat du gardien de but Asselah qui ne l’avait pourtant signé qu’il y a quelques jours de cela, à l’occasion de la cérémonie de mariage de Younès Sofiane. La cause ? Le président Hannachi avait réagi de la sorte après avoir appris que son gardien se trouve en Angleterre pour passer des vacances alors qu’un match très important attend son équipe vendredi prochain contre le MCA. Juste après cette décision, les dirigeants kabyles n’ont pas trop tardé pour contacter le portier de l’ASK, Nacim Benkhodja. Ce dernier qui s’était illustré lors du match ASK-JSK a tapé dans l’œil des responsables kabyles qui avaient dès lors coché son nom sur la liste des éléments ciblés dans le cadre de leur opération recrutement de cet été.

Il n’a encore rien signé avec l’ESS

Juste après avoir résilié le contrat de Malik Asselah, la JSK n’a pas trop tardé pour chercher un autre gardien qui ne possède pas de licence africaine comme c’est le cas de Benkhodja. Même si ce dernier qui a été annoncé à l’Entente où il aurait même signé un précontrat, une source bien informée nous a fait savoir qu’il n’a encore pas trouvé un terrain d’entente avec les dirigeants sétifiens et qu’un rendez-vous avec eux est prévu pour ce 10 juillet afin de finaliser. Par conséquent, les dirigeants kabyles doivent profiter de cette période pour essayer de convaincre le joueur qui n’écarte pas l’idée d’endosser le maillot jaune et vert.

La JSK demandera-t-elle une 8e licence ?

Suite à la résiliation du contrat de Asselah, la JSK risque de se retrouver confrontée à un problème pour qualifier le prochain portier qui devraient être connu dans les prochaines heures. En effet, la direction du club kabyle avait déjà qualifié les sept nouvelles recrues que sont Hanifi, Hezil, Camara, Ziad, Assami, Boulamdaïs et Khellili. En outre, les Kabyles pourraient demander une 8e licences pour qualifier le gardien qui sera recruté tout en payant une amende. Cette éventualité reste une solution de plus pour la direction qui pourrait compter sur Mazari en Coupe de la CAF.

«La JSK ne se refuse pas»

Le président Hannachi ayant à peine décidé de résilier le contrat de Malik Asselah que la direction kabyle s’est empressée de contacter le keeper de l’ASK, Nacim Benkhodja. Ce dernier, qui a été annoncé à l’ESS, n’a toujours pas paraphé un précontrat avec l’Entente comme certains le laissaient entendre. Cela veut dire qu’il y a des chances pour qu’il soit le successeur de Asselah.

Après avoir résilié le contrat de Malik Asselah, nous avons appris que la JSK vous a contacté, pouvez-vous nous confirmer cette information ?

Tout à fait ! Les dirigeants de la JSK m’ont contacté dans le but de renforcer leur effectif à partir de la saison prochaine. Pour le moment, je n’ai pas encore décidé car nous avons un match très important contre l’USMB. Donc, je préfère me concentrer sur l’avenir de mon équipe avant de prendre une décision finale quant à mon avenir.

Mais on a entendu dire que vous auriez signé un précontrat avec l’Entente, que pouvez-vous nous dire là-dessus ?

Non, pas encore. Il est vrai que le contact est très avancé avec l’Entente qui veut m’enrôler, mais pour le moment je n’ai pas signé de précontrat. Comme je viens de vous le dire,  je vais me concentrer sur la dernière journée du championnat et laisser mon manager s’occuper de tout. Si vous permettez, je veux ajouter quelque chose.

Allez-y !

Après la fin du championnat, je vais rencontrer le président Serrar pour débuter les négociations. Mais cela ne veut pas dire que je ne prendrai pas en considération le contact de la JSK. Au contraire, je vais étudier toutes les offres avant de prendre une décision car la JSK ne se refuse pas.

Donc vous êtes prêt à négocier avec la JSK ?

Bien sûr que ça m’intéresse. D’après vous, y a-t-il un joueur qui refuserait de porter le maillot de la JSK ? Je ne pense pas, car il s’agit de l’une des meilleures équipes en Algérie et défendre ses couleurs serait un honneur pour moi. Autrement dit, j’attends d’abord le bon moment pour décider car c’est une question de temps seulement.

Benmouhoub (manager de Asselah): «L’affaire est un malentendu. Entre Hannachi et moi, il y a une confiance totale»

Le manager de Asselah, en l’occurrence Sadek Benmouhoub, a tenu hier à réagir en affirmant que ce qui s’est passé avant-hier (résiliation du contrat de son joueur Asselah, ndlr) a fait suite à un malentendu né entre le gardien de but Asselah et son président de club, Hannachi : «Je considère qu’on ne devait pas arriver à cette situation qui, à mon avis, est le résultat d’un malentendu. Je traite avec le président Hannachi depuis 17 ans et une confiance totale a existé entre nous durant toute cette période. C’est vrai que Asselah m’a demandé de lui procurer une copie de son contrat que moi-même j’ai temporisé volontairement compte tenu de la situation que traverse le club en ce moment. J’ai pensé agir après le match face au MCA, on attendra le retour de Malik de son déplacement en Ecosse pour voir ce qu’on pourra faire.»