Issad Rebrab : “7 500 emplois seront créés en Algérie”

Issad Rebrab : “7 500 emplois seront créés en Algérie”

Rebrab.jpgSi cette opération de rachat, en cours de négociation, aboutit, plus de 2 500 postes d’emploi seront également sauvés dont plus de 1 200 en France, plus de 300 en Espagne et environ 750 autres en Pologne, sans compter le personnel des agences de distribution au Royaume-Uni, en Suisse, en Chine, à Singapour et aux États-Unis.

La reprise prochaine de la société multinationale Fagor-Brandt par le groupe Cevital sauvera des emplois et en créera d’autres. Selon le P-DG, Issad Rebrab, “pas moins de 7 500 postes seront créés en Algérie”. Grâce au rachat de cette multinationale, “plus de 2 500 postes d’emploi seront ainsi sauvés dont plus de 1 200 en France, plus de 300 en Espagne et environ 750 autres en Pologne, sans compter le personnel des agences de distribution au Royaume-Uni, en Suisse, en Chine, à Singapour et aux États-Unis”, a-t-il affirmé. Mieux, une fois le groupe multinational “bien redressé”, avoue M. Rebrab, d’autres emplois seront créés même dans les pays évoqués.

“Il y aura des produits qui seront usinés en Europe et commercialisés en Algérie, dans le Maghreb, en Afrique et au Moyen-Orient, alors que d’autres produits, jusqu’à maintenant délocalisés en Chine et ailleurs, seront fabriqués en Algérie et exportés à travers tout le réseau de distribution”, a-t-il déclaré à la presse, en marge d’un colloque sur les investissements étrangers en Algérie, organisé à Paris. Ce qui dénote de la démarche de la colocalisation que compte suivre ce capitaine d’industrie dans son prochain investissement à l’international.

L’objectif de cet opérateur économique, reçu récemment à l’Élysée, par le président français, François Hollande, est de bâtir un groupe “homogène, prospère et lui assurer la pérennité dans tous les pays où il compte des salariés”. Pour Issad Rebrab, il existe une “complémentarité” entre les économies française et algérienne. “Quand il y a une certaine complémentarité avec des activités en Algérie, nous nous intéressons à des entreprises en difficulté en essayant de les restructurer, de garder les emplois et les activités rentables en France. Nous développons ensuite ces emplois après être redressés, et enfin, nous colocalisons (en Algérie) les activités qui ont été délocalisées en Chine ou bien dans les pays de l’Est”, a-t-il expliqué.

Le patron de Cevital a également souligné que l’Algérie présente des“avantages comparatifs beaucoup mieux que la Chine”. Certains pays européens, a-t-il relevé, n’ont pas découvert les opportunités recensées “dans des pays comme l’Algérie où nous sommes à moins d’une heure d’avion, à partir de Marseille”. Le P-DG de Cevital citera, à ce propos, l’exemple des frais d’acheminement de réfrigérateurs entre la Turquie et l’Europe qui seraient de plus de 3 000 euros, alors qu’une même opération, à un volume égal, entre l’Algérie et l’Europe, coûterait moins de 600 euros. “Cela illustre les avantages comparatifs de la logistique et de la proximité, en plus du coût du transport maritime qui serait beaucoup moins cher que le transport routier”, a-t-il précisé. Présent dans une dizaine de filières, dont notamment l’agroalimentaire et l’électronique, le groupe Cevital a réalisé en 2013

un chiffre d’affaires avoisinant les3,5 milliards de dollars.

R. E.