Inauguration officielle de la représentation à Alger de la Banque africaine de développement

Inauguration officielle de la représentation à Alger de la Banque africaine de développement

afrique banque.JPGLe Bureau national de la Banque africaine de développement (BAD) en Algérie a été inauguré officiellement jeudi par le président de cette institution bancaire régionale, M. Donald Kaberuka, en présence des ministres respectivement des Affaires Etrangères, M. Mourad Medelci, et des Finances, M. Karim Djoudi, ainsi que des chefs de missions diplomatiques des pays membres de la BAD.

Le Bureau d’Alger de cette banque continentale porte désormais à 25 le nombre de ses bureaux extérieurs ouverts depuis 2005. A l’issue de la cérémonie de l’inauguration, M. Kaberuka a salué les réalisations de l’Algérie sur les plans économique et social durant les dernières années, soulignant « qu’elle a su garder le cap malgré les défis multiples de la crise » financière internationale.

Les réformes entreprises par l’Algérie, 4ème plus grand actionnaire de la BAD, « ont été poursuivies vigoureusement et avec succès. Les retombées positives d’une gestion prudente des finances publiques, combinées avec une politique volontariste des grands projets structurants, commencent à se manifester », a-t-il affirmé.

Réitérant l’engagement de la BAD à soutenir les efforts de l’Algérie dans ses réformes, M. Kaberuka a souligné le rôle important du pays dans le processus de transformation de cette banque, qui a contribué à en faire « une institution capable, crédible et respectée auprès des milieux financiers internationaux ».

Pour sa part, M. Djoudi s’est félicité de l’ouverture d’un bureau de la BAD en Algérie, en indiquant qu’il augure d’une nouvelle étape dans la coopération entre les deux parties. L’ouverture traduit « l’engagement de l’Algérie à continuer à jouer un rôle de premier plan dans les initiatives régionales, favorisant l’intégration économique du continent.

Durant la crise économique mondiale, la BAD a porté son financement aux pays africains de 5,8 milliards de dollars (mds de dollars) par an à 11,6 mds de dollars, selon les chiffres fournis par M. Kaberuka lors d’un point de presse animé à l’issu de l’inauguration. Depuis trois ans, la BAD a augmenté le financement des projets du secteur privé en Afrique atteignant actuellement le rythme de 1,5 md de dollars/an.

Questionné sur l’augmentation du capital de cette institution financière, M. Kaberuka a indiqué que les gouverneurs représentant les pays membres africains ont décidé la semaine passée à Tunis d’augmenter le capital à hauteur de 200% pour le porter de 32 mds de dollars actuellement à 96 mds de dollars.

 »Cette augmentation du capital est très importante puisqu’elle va donner à la BAD des moyens supplémentaires pour financer le développement dans le continent », ajoutant qu’il attendait maintenant la réaction des pays actionnaires non africains en mai prochain quant à leur éventuelle participation à cette augmentation, a-t-il ajouté.

Sur ce point, M. Djoudi a soutenu que si l’Algérie « veut préserver ses droits de vote et sa position dans le capital de la BAD, il faudra qu’elle souscrive à l’augmentation du capital », précisant qu’aucune décision n’a été encore prise par l’Algérie concernant les montants à souscrire.

Par ailleurs, M. Kaberuka a expliqué que la crise économique mondiale en Afrique s’est traduite par une baisse de exportations et des flux des investissements directs étrangers, tablant toutefois sur une croissance de 5,5% pour le contiennent en 2010.

Créée en 1963 à Khartoum, la BAD est une institution multilatérale régionale de financement du développement, dont le capital est détenu à 60% par les pays africains et à 40% par des pays hors-Afrique.

Le groupe de la BAD, qui comprend la Banque africaine de développement, le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN), compte parmi les cinq principales banques multilatérales de développement au monde.

Ses actionnaires sont composés de 78 Etats, dont 53 pays membres régionaux (tout le continent africain), et 25 membres non régionaux (les pays de l’Union européenne, les Etats-Unis, Argentine, Brésil, Canada, Chine, Inde, Japon, Arabie saoudite et Turquie).

Agences