Immigration France : Élisabeth Borne repousse la nouvelle loi à l’automne

Immigration France : Élisabeth Borne repousse la nouvelle loi à l’automne

En raison du mouvement social qu’a connu la France ces derniers temps contre la reforme des retraites, la nouvelle loi de Darmanin sur l’immigration a été débranchée. Cependant, il y a seulement quelques jours, ce dossier a refait surface.

En effet, le Président français Emmanuel Macron est revenu sur ce sujet lors de sa rencontre avec onze lecteurs du quotidien Le Parisien. Lors de cette rencontre, le Chef d’État a annoncé vouloir une loi d’immigration juste et efficace en un seul texte. Et ce, avant l’été 2023.

Elisabeth Borne : “pas de loi d’immigration avant l’automne”

Par ailleurs, lors d’une conférence de presse sur l’agenda législatif, la Première ministre, Elisabeth Borne, a encore une fois évoqué le projet de la nouvelle loi d’immigration. Selon cette dernière, le Parlement ne verra finalement pas cette loi d’immigration avant l’automne prochain.

En cette occasion, la Première ministre française a fait part de sa volonté de rendre les procédures dans le pays plus efficaces “pour éloigner ceux qui n’ont pas vocation à rester en France”. Mais aussi pour améliorer l’intégration de ceux que le pays accueille.

En revanche, faute de majorité pour voter le nouveau texte, Elisabeth Borne a fait savoir que le projet de la nouvelle loi d’immigration sera présenté au Parlement à l’automne. Et ce, “avec comme boussole, l’efficacité”. Dans ce sillage, Borne a particulièrement pointé du doigt Les Républicains, pour l’absence d’une ligne commune entre les députés et les sénateurs, sur qui le gouvernement compte pour voter son nouveau texte. Mais en attendant, la Première ministre a également annoncé la mobilisation de 150 policiers et gens d’armes supplémentaires dans les Alpes-Maritimes. Et ce, pour faire face à une “pression migratoire accrue”.


| À LIRE AUSSI :

>> Projet de loi d’immigration – France : Macron veut « un seul texte » avant l’été
>> Réforme des retraites en France : les années travaillées en Algérie prises en compte ?