Ils ont dénoncé la censure au Temps d’Algérie, plusieurs journalistes suspendus

Plusieurs journalistes du journal Le Temps d’Algérie ont été suspendu par le nouveau directeur du groupe média « Temps nouveaux », Mouloud Louali, rapporte le site d’information Interlignes.

Hier, le journaliste Aissa Moussi, a dénoncé la censure sur son compte Facebook.

«Par devoir de vérité, d’éthique et de conscience professionnelle, après des semaines d’une intenable situation au sein de notre rédaction, et malgré qu’il ne s’agisse pas de mes propres écrits, je ne peux continuer à rester de marbre. De ce fait, en tant que journaliste de ce média, je me démarque d’une telle couverture voire même du contenu qui ne reflète aucunement la réalité du terrain. Une honteuse orientation dictée par les nouveaux maîtres du moment au Groupe Média Temps Nouveaux », a écrit le journaliste du « temps d’Algérie ».

Suite à sa publication, Aissa Moussi a reçu, aujourd’hui, un questionnaire de sa direction lui demandant de « justifier ce comportement ».

Quelques minutes plus tard, un agent de sécurité est venu lui demander au de « quitter la salle de rédaction et de ne plus revenir jusqu’au prochain conseil de discipline », ajoute la même source.

Quatre membres de la rédaction dont le rédacteur en chef se sont opposés à cette décision et ont demandé à l’agent de quitter les lieux et de demander au directeur de venir les voir à la rédaction, précise le site d’information.

Encore une fois, un deuxième agent de sécurité revient et demande au journaliste de répondre à un autre questionnaire dans lequel « il lui est demandé de justifier sa publication sur Facebook concernant la Une de la veille ».

L’agent de sécurité remet aux quatre journalistes, solidaires avec Aissa, des questionnaires et leur transmet un message du directeur, leur disant que « ceux qui sont solidaires peuvent aussi partir avec lui.