Il y a 25 ans, l’assassinat de « Yamaha », l’icône des tribunes en Algérie

Il n’était ni un policier, ni un militaire, ni un islamiste, et encore moins un politicien, un simple citoyen qui respirais le Football comme la plupart des jeunes Algérien,  il symbolisait la passion de tout un peuple pour le football, pour son équipe nationale et pour un club, le Chabab de Belcourt (CRBelouizdad), Il y a 25 ans, jour pour jour, le 11 juin 1995, Hocine Dehimi dit «Yamaha», fidèle supporter du CR Belouizdad, a été lâchement assassiné à Belouizdad par deux balles d’un groupe armé, quelques jours avant la finale de la Coupe d’Algérie entre le CRB et l’OMédéa.

 

Sa silhouette est restée gravée dans les esprits de tous ceux qui l’ont connu de près ou de loin, c’est une icône du championnat Algérien, il était reçu en vedette sur tous les stades où il faisait son show de supporter à la fois chauvin et drôle, attirant la sympathie avec sa bonhomie, victime de sa joie de vivre, clown au visage cassé avec sa dentition il faisait s’esclaffer les tribunes par ses pas de danse et ses courses sur le terrain face à des policiers souvent complices.

Il était à 35 ans le supporter n°1 du Chabab Riadhi de Belouizdad (CRB), son quartier, anciennement « Belcourt », mais il n’avait aucune animosité contre les clubs adverses, qui l’appréciaient, Yamaha été un modèle de fair-play et de sportivité. Fidèle à ses principes, il n’a jamais laissé son club pour un autre même aux pires moments.

Vingt-Cinq ans après son assassinat, Hocine Dehimi, supporter charismatique du CR Bélouizdad surnommé Yamaha, est toujours dans tous les cœurs des Algériens.

 

Rédaction d’Algérie360