Hocine Necib depuis Bordj Bou -Arreridj : « Oued El-Harrach sera navigable sur 6 kilomètres « 

dimanche 22 juillet 2018 à 9:36
Source de l'article : Lemaghrebdz.com
Au  cours de la conférence de presse qu’il a animée  le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib jeudi au siège de la wilaya de Bordj Bou-Arreridj et sanctionnant sa visite dans cette wilaya, a souligné que la situation en eau à travers le territoire national est relativement sécurisée.  » L’Algérie est dans une situation  relativement  sécurisée en AEP. Je donne l’exemple de la wilaya de Bordj Bou-Arreridj, qui est train de rattraper son déficit en la matière .Selon le conférencier, l’Algérie n’est pas fortement  impactée par le problème de l’eau comme d’autres pays de la région.  » L’Algérie avait dès le début de l’année 2000 intégré  l’idée de la sécurité hydrique grâce  à la forte volonté politique  du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika plaçant la question de la préservation de l’eau et de la diversification  de ses sources parmi les priorités « .
Et justement en ce qui concerne la situation actuelle, M. Necib à une question du  » Maghreb de l’Economie  »  est revenu pour expliquer :  » Prendre le phénomène de la crise d’eau il faut revenir au début des années 2000 lorsque les pouvoirs publics ont sérieusement réfléchi à importer l’eau, ça c’est une situation de crise. Une situation de crise due à la conjugaison de deux phénomènes pour aggraver la situation : la sécheresse  qui a sévi depuis des décennies, d’un côté, et d’un autre côté, au début de l’année 2000, le pays sorti  d’une tragédie nationale où l’investissement public été pratiquement à zéro et donc le désinvestissement public associé à une longue sécheresse a donné une situation très compliquée, ça ce fut une situation de crise « .  Pour le ministre, aujourd’hui grâce à Dieu  » c’est  l’esprit éclairé de Son, Excellence, le président de la République  qui, a fait de l’eau une priorité nationale « . Dans ce domaine, le ministre citera la  construction de plus de 40 barrages, le dessalement  de l’eau de mer, les grands transferts, des dizaines de stations d’épuration, la réalisation de milliers de linéaire du réseau d’assainissement, etc.
A  une  deuxième question du  » Maghreb de l’Economie  »  au sujet du projet d’Oued El-Harrach et sa dépollution, M. Necib  a indiqué :  » Un groupement  algéro-sud-coréen est  sur place pour la réalisation de ce projet. Concernant la pollution de l’oued, avec le wali d’Alger nous avons décidé de supprimer toutes les  sources de dépollution.  » Pour le ministre des Ressources en eau, la pollution de l’Oued El-Harrach est aujourd’hui une  réalité.  » Une fois l’eau dépolluée, l’oued recevra pendant la saison 80 000 m3/j. Pourquoi ? Pour deux objectifs  dit-il : d’abord parce que l’oued sera navigable sur 6 kilomètres et ensuite de recréer un écosystème à l’intérieur.
Le ministre a souligné  les difficultés d’approvisionnement en eau au niveau de  592 communes  réparties à travers 22 wilayas. Il a également  indiqué  qu’un montant de 31 milliards de centimes a été dégagé  dans les différents programmes  sectoriels  destiné justement au programme d’urgence durant la période estivale et ce, en coordination avec le ministère de l’Intérieur  dans la finalité de couvrir les déficits en eau. Déjà  280 communes  sont régulièrement approvisionnées  alors que les travaux sont en cours au niveau de 86 autres communes au niveau national .M. Necib a précisé que 225 communes  font actuellement l’objet  d’une attention particulière en ce qui concerne le renforcement de l’amélioration de leur approvisionnement  en eau    et ce, dans le cadre du programme d’urgence    couvrant le second semestre de l’année en cours.
Renforcement de  l’AEP de la wilaya
Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib , a effectué, jeudi une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Bordj Bou-Arreridj. Plusieurs  projets  dans son secteur ont été mis en service dans différentes communes de la wilaya. Durant cette visite, le ministre  a procédé à la mise en service de pompage (SP6) alimentant à partir du barrage  de Tilesdit (Bouira) les communes d’El-Mehir et de Mansourah. Ce transfert d’eau à partir du barrage de Tilesdit  assure dorénavant l’AEP  des cinq communes de la daïra de Mansourah (Ouled Sidi Brahim- El-Méhir-  Mansourah- Bendaoud  et Haraza)  pour un volume moyen de 5.000  m3/j  A El-Achir, M. Necib  a ouvert les vannes du projet de renforcement en AEP de  la commune et dont la source  provient de deux forages de 10 000  m3  transportés sur un linéaire de 15 kilomètres des lieux. Au niveau de la région nord de la wilaya,  le représentant du gouvernement a également mis en service le réseau d’AEP alimentant la commune  d’El-Maïn à partir d’un transfert du barrage de Tichy-Haf (Béjaïa). Dans ces explications M .Necib  a rappelé que le potentiel  hydrique de la wilaya de Bordj Bou-Arreridj  est insuffisant, c’est pourquoi la wilaya  est soutenue par les wilayas limitrophes en l’occurrence les wilayas de Bouira et Béjaïa. La desserte en  eau potable est assurée  à hauteur  de 54 %  des eaux  souterraines  (forages et sources) et de 46 %  à partir des eaux de surfaces des deux barrages d’Aïn Zada (Bordj Bou-Arreridj et Tilesdit  (Bouira). En effet, le barrage d’Aïn Zada  assure l’AEP  du chef-lieu de wilaya ainsi que six autres communes -Aïn-Taghrout-  Khelil- Sidi Embarek-El-Anasser-Médjana et Hasnaoua) d’une population  globale de 252 000 âmes . Le reste des communes sont alimentées à partir  des eaux  souterraines, d’une production  moyenne de 58.000 m3/j. Au cours de sa première halte à El-Méhir, le ministre a souligné avec satisfaction que la wilaya de Bordj Bou-Arreridj  a enregistré une amélioration  relative comparativement à la saison estivale 2017, puisque  le taux  de la population alimentée  au quotidien  est passé  de 12 à 31 % en 2018. « 
Cette amélioration  sera renforcée davantage à partir  de ce jeudi 2018 à la faveur  de la mise en service de plusieurs projets et la mise en œuvre d’une batterie  de mesures « . Il ressort selon ces nouvelles inaugurations que le transfert d’eau à partir du barrage de Tichy-Haf, de la rénovation du réseau de distribution  et de raccordement  au système d’adduction à partir du barrage de Tilesdit et du renforcement  à partir du barrage d’Aïn Zada, le taux de la population alimentée au quotidien attendra 66 %.
Dans ce contexte, M. Necib  a annoncé que 8 communes passeront  au quotidien  dès la mise en service    du projet de renforcement  à partir d’Aïn Zada, de la rénovation de la conduite de Hasnaoua  et du renforcement des communes de Médjana  et Ain Soltane à partir des nouveaux forages. Les communes concernées sont/ El-Anasser-Hasnaoua-Médjana-Khelil-Rass El-Oued6 Ain Tassera- Ouled Dahmane et El-hammadia.
Le ministre des Ressources en eau  à la fin de sa visite a annoncé le lancement  d’un programme  d’urgence  au profit de la wilaya de Bordj Bou-Arreridj d’un montant global de 1,3 milliard de dinars  touchant 22 communes  et portant sur cinq opérations  dont 4  déjà lancées. Il s’agit du renforcement  en AEP de 13 communes à partir  de nouveaux forages  sur 60 kilomètres , la rénovation  des conduites d’adduction  à travers la wilaya sur un linéaire de 29  kilomètres, la réalisation de 3 forages, la rénovation des réseaux de distribution  de la ville de Bordj Bou-Arreridj  et de 5 autres communes au niveau de la daïra de Mansourah .
Ammar Zitouni

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
24 queries in 0,259 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5