Harragas : opérations de sauvetage et recherche au large de Skikda

Harragas : opérations de sauvetage et recherche au large de Skikda

Pendant les mois de juillet, aout et septembre, le phénomène de l’immigration clandestine a explosé. Les militants des droits de l’homme ont tiré la sonnette d’alarme notamment en Espagne ou le jeune activiste Francisco José Clemente s’est engagé au profit des migrants arrivés en Espagne sur des embarcations de fortune.

L’hiver approche et l’automne est sur le point de nous quitter, et pourtant les jeunes algériens tentent toujours de traverser la méditerranéenne malgré le danger et le risque de mort. La recrudescence de départs des “Harrga” fait froid dans le dos.

L’information relayée ce samedi 19 novembre par le média arabophone el nahhar traduit encore une fois la gravité du phénomène. En effet, les unités des gardes-cotes de la wilaya de Skikda sont intervenu à l’aube de ce samedi pour secourir un groupe de Harraga dont l’embarcation s’est renversé.

Trois harragas dont une femme, ont été sauvé

Parmi eux, se trouvait une femme et deux hommes dont l’age varie entre 17 ans et 33 ans. Les trois ont été sauvés par les unités des gardes-cotes, puis transféré par les éléments de la protection civile vers les services d’urgence.

Selon la même source, l’embarcation qui avait démarré des cotes de Skikda, plus précisément de Ain Oum Laksab à Collo pour arriver aux côtes italiennes, portait 15 harragas. Or, seulement trois d’entre eux ont été sauvés, tandis que les recherches se poursuivent pour retrouver les autres.

Disparition de plusieurs harrgas en un mois

Rappelons dans ce contexte, que pas moins de trois embarcations avait quitté l’Algérie à partir de la troisième semaine du mois d’octobre. Autrement dit, en seulement deux semaines, beaucoup d’Algériens et Algériennes ont traversé la méditerranéenne.

Il s’agit d’un bateau transportant 21 personnes, dont cinq femmes et huit jeunes enfants, parties de Chlef, en direction d’Alicante. Une autre embarcation avait démarrée  d’Oran avec à son bord cinq personnes. À cela s’ajoute, le naufrage d’une patère, avec à son bord 14 harraga, dont une femme, du côté d’Almeria, lit-on dans un article daté du 23 octobre dernier et publié sur Liberté.

Selon le journal francophone, seulement deux corps ont été repêchés,  tandis que le reste des passagers est porté disparu. L’activiste espagnol Francisco Martin n’a pas manqué à qualifier de “désastre” ce qui se passe sur la route migratoire de l’Algérie vers l’Espagne.