Harraga – Espagne : démantèlement d’un réseau de passeurs qui opère depuis l’Algérie

Harraga – Espagne : démantèlement d’un réseau de passeurs qui opère depuis l’Algérie

La police espagnole a annoncé mardi le démantèlement d’un réseau criminel qui a facilité l’entrée de plus de 200 migrants syriens ou algériens en Espagne depuis l’Algérie.

Selon un communiqué de la police espagnole, cette organisation transnationale opérait depuis la Libye et l’Espagne, avec des cellules également présentes au Soudan, au Libéria et en Algérie.

Dans le cadre d’une opération menée en collaboration avec Europol, les autorités allemandes et norvégiennes, quinze personnes ont été arrêtées dans le sud de l’Espagne, dont treize ont été placées en garde à vue.

| À LIRE AUSSI : L’Algérienne Sabrina Gahar élue au Comité de l’ONU pour la protection des travailleurs migrants

L’enquête a révélé que cette organisation, qui était également impliquée dans le trafic de drogue et d’armes, avait utilisé des embarcations rapides pilotées par des individus armés pour faire entrer “plus de 200 migrants” en Espagne depuis l’Algérie. Leur tarif s’élevait entre 7 000 et 20 000 euros par personne pour traverser la Méditerranée.

L’Espagne reste l’une des principales portes d’entrée de l’immigration clandestine en Europe, avec une augmentation de 29,22 % du nombre de migrants illégaux arrivant sur ses côtes continentales et l’archipel des Baléares au premier semestre, par rapport à la même période de l’année précédente, selon le ministère espagnol de l’Intérieur.

Des Algériens et Syriens perdent la vie dans une traversée

Le 5 juin dernier, un naufrage avait eu lieu au large des côtes algériennes, emportant avec lui la vie de 26 personnes migrantes.

Les familles des disparus se sont rendues au Centre de documentation des violations et ont lancé un appel urgent aux autorités algériennes et espagnoles pour intensifier les opérations de sauvetage et rechercher leurs proches.

| À LIRE AUSSI : Coup de gueule de l’influenceuse Wafaa Bendjemana contre les migrants subsahariens

Parmi les 26 migrants à bord du bateau, 18 étaient des Syriens, comprenant des femmes et des enfants, tandis que 8 étaient des citoyens algériens. Deux survivants, un Syrien et un Algérien, ont été signalés.

Le départ a eu lieu vers 23 heures le 5 juin, et moins d’une heure plus tard, le naufrage s’est produit. Peu de temps après leur départ de la ville de Larhat, dans la wilaya de Tipaza, en direction de l’Espagne, tout contact a été perdu.