Harkis qualifiés de “traîtres” : un Algérien risque la prison en France

Harkis qualifiés de “traîtres” : un Algérien risque la prison en France

Lors du mois de juillet dernier, et à l’occasion du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, une cérémonie a été organisée au niveau du Mémorial du Camp de Rivesaltes, sis au nord du Pérignon en France. En effet, plusieurs associations représentant les Harkis ont été présentées.

Par ailleurs, cet évènement a fait le buzz sur les réseaux sociaux, notamment après la diffusion d’une vidéo par un certain Franco-algérien. En effet, publiée sur le célèbre réseau Tiktok, ce dernier par le biais de cette vidéo accuse les Harkis présents à cette cérémonie de “traîtres”.

Cette personne a agrémenté sa vidéo avec l’hymne nationale algérienne et insiste sur une seule phrase “Ne trahissez jamais l’Algérie. Il ne faut jamais trahir son pays, surtout l’Algérie.” a-t-il répété dans sa vidéo.

L’association Génération Harkis et leurs amis dépose plainte contre le Franco-algérien

Une telle vidéo n’est pas passée inaperçue auprès de l’association Génération Harkis et leurs amis, dont le siège est implanté à Valras-Plage, au niveau de l’Hérault. En effet, le président de cette association, Mohamed Djafour, a confirmé avoir déposé plainte contre cet individu qui accuse ouvertement les Harkis de “traîtres”.

D’après les dires de ce responsable, l’association Génération Harkis et leurs amis a saisi, le 5 août dernier, le procureur de la république de Béziers pour diffamation. Il s’agit de ce qu’a confirmé Métropolitain, lundi dernier.

Par ailleurs, Mohamed Djafour confirme que son association détient toutes les informations et coordonnées de ce Franco-algérien. Et sont maintenant entre les mains du procureur de Béziers. La plainte étant prise en charge par l’avocat de l’association, cette dernière s’impatiente pour la suite de la procédure.

Il convient de le rappeler, le président de l’association Génération Harkis et leurs amis considèrent cette vidéo prononcée en arabe comme une pure provocation contre les Harkis, notamment ceux présents à cet évènement.