Haïmoudi : «Si je fais le Mondial-2014, j’arrêterai juste après»

Haïmoudi : «Si je fais le Mondial-2014, j’arrêterai juste après»

article-71538-v1.jpgL’arbitre international Djamel Haïmoudi a dirigé hier le match de classement pour la 3e place de la Coupe des Confédérations entre l’Italie et l’Uruguay. Quelques heures avant ce match, il a accordé une interview à notre confrère El Heddaf dans laquelle il a abordé plusieurs sujets en toute franchise.

«Je n’ai pas lésé le MCA en finale, les accusations ne m’empêchent pas de dormir»

Bien sûr, l’une des questions qui lui ont été posées a trait à la finale de la Coupe d’Algérie entre le MCA et l’USMA qui avait vu les Mouloudéens refuser de monter à la tribune officielle en signe de protestation contre sa supposée partialité dans le match. Haïmoudi se dit serein face à ces accusations : «Dans tout match, à plus forte raison dans une finale, je m’en remets à ma conscience. Je ne pense pas avoir lésé le MCA. D’ailleurs, le peuple algérien a regardé le match et peut en témoigner. Les accusations des Mouloudéens à mon encontre ne m’empêchent pas de dormir. Si j’étais si nul, comment la CAF et la FIFA me confieraient-elles des matches de très haut niveau ? La vérité est que le MCA, comme tous les clubs algériens, n’accepte pas la défaite. C’est un problème de culture sportive dont souffrent tous les Algériens.»

«Je souhaite à Chaouchi de revenir à la compétition»

La lourde sanction dont a écopé Faouzi Chaouchi, gardien de but du MCA, est imputée au rapport accablant que Haïmoudi aurait rédigé contre lui. L’arbitre n’a ni confirmé ni infirmé cette version : «Il s’agit d’une affaire sur laquelle des sanctions ont été prononcées. Je n’ai pas à en parler. Tout ce que je peux dire, c’est que je souhaite que Chaouchi revienne à la compétition et qu’il réalise une très belle carrière car il est encore très jeune et a l’avenir devant lui.»

«Après le quart de finale USMA-USMH de 2012, j’ai failli arrêter ma carrière»

S’il martèle qu’il n’a rien à se reprocher dans cette finale, il n’en reconnaît pas moins avoir raté certains matches et commis des fautes.  Il avoue même avoir songé, un jour, à arrêter d’arbitrer : «Lors de l’avant-dernière saison (en 2012, ndlr), il y a eu le quart de finale de Coupe d’Algérie entre l’USMA et l’USMH où j’étais en méforme. Je revenais d’une blessure et je ne me sentais pas bien. Mes décisions n’ont pas influé sur le match, mais ce match m’avait fait un eu dégoûter du football (il avait subi trop de pressions tout au long de la semaine avant le match et avait été suspendu par la suite, ndlr). Du coup, j’avais pensé sérieusement à mettre un terme à ma carrière. Puis, je me suis ravisé en me disant que, après tout ce que j’ai vécu, ce qui allait venir allait être du bonus. Effectivement, j’ai pu arbitrer des matches du Championnat du monde des clubs, une finale de la CAN et des rencontres de la Coupe des Confédérations.»

«Raouraoua ne m’a pas avantagé, c’est juste qu’il m’a fait éviter les injustices»

On dit souvent que, si Djamel Haïmoudi a pu arbitrer à un très haut niveau, c’est grâce à Mohamed Raouraoua. L’intéressé ne dément pas, mais relativise l’influence du patron de la FAF : «Raouraoua ne m’a pas avantagé car on ne peut pas avantager un arbitre s’il est médiocre. Un mauvais arbitre est vite démasqué sur le terrain. C’est juste qu’il m’a fait éviter la marginalisation et les injustices. Il a un poids à la CAF et à la FIFA et il a pesé pour que je sois considéré à ma valeur. J’ai prouvé, en arbitrant à un très haut niveau, que l’arbitre algérien est compétent et qu’il n’a rien à envier aux arbitres européens s’il est mis dans les meilleures conditions. Raouraoua a le mérite d’avoir cru en mes possibilités et d’avoir mis tous les moyens à ma disposition, avec notamment des préparateurs physiques.»

«Je peux me situerà la 3e place dans la hiérarchie mondiale»

A présent qu’il a officié dans la Coupe des Confédérations, il espère légitimement être retenu pour le Mondial-2014, même s’il pense que rien n’est encore acquis. «Il n’y a que 10 arbitres principaux qui ont été sélectionnés pour la Coupe des Confédérations. On peut dire que c’est un mini-Mondial avec les meilleurs du moment. En arbitrant le match de classement, je peux me situer logiquement à la 3e place dans la hiérarchie des arbitres dans le monde, mais je ne m’enflamme pas pour autant. Ce n’est pas encore certain que je sois retenu pour le Mondial. Cependant, si ce sera fait, je vous annonce d’ores et déjà que je prendrais ma retraite juste après. C’est une décision réfléchie et irrévocable. Il sera temps de laisser ma place à un jeune arbitre qui pourra s’exprimer.»