Grâce présidentielle : Les premiers mots de Nekkaz et Drareni

Grâce présidentielle : Les premiers mots de Nekkaz et Drareni

Une émotion débordante, après une très longue journée d’attente, voire des mois d’espoir de les voir, libres, Khaled Darreni et Rachid Nekkaz ont enfin quitté la prison, ils sont désormais libres après une longue captivité dans les prisons algériennes.

À son arrivée chez lui, samedi 20 février, Khaled Drareni le journaliste algérien incarcéré depuis plus de dix mois, a été accueilli par les bras de ses amis, sa famille, et des centaines de citoyens qui n’ont eu de cesse de le soutenir pendant toute la période de sa détention.

Une libération qui intervient au lendemain des annonces de grâce de détenus par le Chef de l’État Abdelmadjid Tebboune.

Quelques instants après avoir quitté la prison de Koléa, Drareni a remercié ceux qui l’ont soutenu pendant son emprisonnement, en déclarant, « Je me sens très bien, comme un journaliste qui vient d’être libéré même si j’ai toujours été libre dans ma tête, je remercie remercier tous mes soutiens, qui croient au combat juste de la liberté de la presse, qui doit être comme toute autre liberté, une liberté sacrée ».

Avant d’ajouter, » je pense, aux autres détenus. Je considère que s’il en reste encore un seul, alors nous ne sommes pas libres. J’espère que je reprendrai bientôt le boulot, celui de parler de mon pays parce que j’aime le faire et parce que je pense que je sais le faire ».

Les premiers mots de Rachid Nekkaz

Rachid Nekkaz est enfin libre. L’opposant algérien emprisonné depuis,  le 4 décembre 2019 vient de quitter la prison de Labiod Sidi Cheikh à El Bayadh.

L’opposant Rachid Nekkaz a été remis en liberté dans le cadre des dispositions adoptées par la grâce présidentielle d’Abdelmadjid Tebboune adoptée jeudi soir.

À sa sortie, Nekkaz a remercié tous les citoyens, militants et journalistes, qui l’ont soutenu pendant sa détention, affirmant qu’il continuera son combat pour la liberté et pour une Algérie meilleure.

Le militant Rachid Nekkaz, a également remercié les gardiens, et les responsables de la prison de Labiod Sidi Cheikh, qui l’ont traité de la meilleure des façons pendant toutes les nuits de son incarcération.

Il a également rendu hommage, au  directeur du même centre pénitencier, « je tiens aussi a remercié le directeur de la prison de Labiod Sidi Cheikh, il s’est bien occupé de mon état de santé,  hier, il m’a ramené six médecins »

Évoquant donc sa maladie, Rachid Nekkaz a déclaré,  » J’ai un problème au niveau de la prostate, mais je préfère mourir dans mon pays qu’à l’étranger ».

Enfin, le militant infatigable a affirmé qu’il reviendra prochainement dans un live, sur toute sa période de détention, et sur plusieurs sujets.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Algerie360.com (@algerie360)