“Gnawa Diffusion” à Alger : Amazigh Kateb en show man devant un public d’exception

“Gnawa Diffusion” à Alger : Amazigh Kateb en show man devant un public d’exception

arton115371-bcda8.jpgLes amateurs de musique gnawi, reggae, chaâbi et même raï avait rendez vous avec le show du groupe « Gnawa Diffusion », mené par Amazigh Kateb, qui s’est produit dans la nuit de mardi à mercredi à Alger.

Organisé par l’opérateur privé « Broshing event », ce concert événement a été un record en terme d’affluence du public depuis le début du mois de ramadan, totalisant plus de 6.500 spectateurs au théâtre de verdure du complexe culturel Laâdi Flici.

Après le bref passage du groupe « Debza » connu à la fin des années 1980 en première partie, le public essentiellement jeune scandait le nom du chanteur engagé, véritable icône, qui montait sur scène pour la première fois après la sortie du dernier album du groupe « Shock el hal » en 2013.

Goumbri à la main, Amazigh Kateb, a enchanté son public, de sa voix qui n’a pas pris une ride, par le premier istikhbar et son premier morceau « Guelb ou dem » (c£ur et sang) que tous les spectateurs du théâtre ont repris en choeur. Dans une ambiance électrique Amazigh Kateb a marché sur les traces du dernier spectacle avant la séparation du groupe en 2007 en enchaînant des titres comme « Ya laymi », qui comporte une grande influence de musique chaâbi avec P’tit Moh au mandole, tout en y ajoutant des chansons du dernier album comme « Bism el hak ou l’amour » (au nom du droit et de l’amour) ou « promesse de mort ».

Les qualités de show man d’Amazigh Kateb, « principale atout de l’artiste après ses textes engagés » selon ses fans, étaient au coeur du spectacle. Tout au long du concert le chanteur n’a eu de cesse de discuter et de plaisanter avec son public tout en mettant l’accent sur des causes et des insuffisances qui lui tiennent à coeur, à lui comme à son public.

Beaucoup de reggae dans la musique et dans le jeu de scène, en plus de la franche inspiration gnawi, qui peut fusionner avec une multitude de genres différents dont le chaâbi, font de « Gnawa Diffusion » un univers musical à part entière qui continue à inspirer beaucoup de jeunes musiciens après avoir donné le déclic pour la « diffusion » de la musique gnawi il y a plus de dix ans.

Formé en 1992 en France, « Gnawa Diffusion » a connu le succès autour du poète et chanteur Amazigh Kateb, du percussionniste Ammar Chaoui et du joueur de mandole P’tit Moh avec cinq albums dont « Bab el Oued Kingston » et « Souk Système » qui ont connu un franc succès.

Aujourd’hui, même si son succès auprès du public reste impressionnant, le groupe peine un peu à renouer avec son niveau musical initial, vu les retours mitigés sur son dernier opus, mais « l’esprit Gnawa Diffusion reste intact et le groupe travaille déjà sur un nouveau projet », selon le leader.

Parallèlement à « Gnawa Diffusion », les talents des membres du groupe sont souvent sollicités à l’image de Mohamed Abdenour dit P’tit Moh qui est aujourd’hui chef de l’orchestre « El Gosto » qui enchaîne les scènes internationales, et d’Amazigh Kateb qui s’est essayé au cinéma dans le dernier projet de Lyes Salem « El Wahrani » qui devrait sortir l’année prochaine.

Vu la grande affluence du public, les organisateurs ont prévu une seconde scène pour le groupe mercredi soir.