Gestion de l’espace aérien : L’Algérie intensifie ses échanges avec les pays voisins

Gestion de l’espace aérien : L’Algérie intensifie ses échanges avec les pays voisins

aerien-300x204.jpgAprès les efforts consentis à l’intérieur du territoire, en termes d’acquisition de radars de technologie pointue, « l’Algérie est en train d’intensifier ses échanges avec la Tunisie, le Maroc et les autres pays limitrophes afin de mieux gérer son espace aérien». Cette déclaration a été faite, hier, par Abderrezak Guelmaoui, chef du projet « Plan de développement de la gestion de l’espace aérien », à l’Etablissement national de la navigation aérienne, lors d’un exposé fait à la salle Ali Maâchi à la Safex. A propos de la couverture locale, il fait part de la détermination de l’entreprise qu’il représente à aller au bout de la mission qui leur a été assignée, laquelle consiste à assurer une meilleure couverture dans le sud du pays.

Cette région a déjà connu la mise en service du Centre de contrôle aérien régional (CCR) de Tamanrasset, opérationnel depuis 2010. Une structure d’envergure qui a coûté 8 milliards de dinars.

Ce projet, rappelons-le, fait partie du plan de développement de la gestion de l’espace aérien dans le programme quinquennal 2005-2009.

Dans le transport aérien, les retards sont une préoccupation majeure pour les compagnies aériennes ainsi que pour le voyageur. Parmi les raisons avancées, pour expliquer ces anomalies, figurent celles liées à la gestion des flux de trafic aérien (mouvements des aéronefs au sol et la navigation aérienne).

Dans ce contexte, on nous apprendra que l’ENNA  offre le service du contrôle du trafic aérien. Ses objectifs sont multiples. L’expert cite, entre autres, la sécurité des aéronefs, l’option d’assurer le meilleur écoulement possible du trafic, autrement dit la fluidité des vols. Parmi les réalisations de l’ENNA, M. Guermoul cite le TRAFCA (Traitement automatique des fonctions du contrôle aérien).

Ce projet consiste, entre autres, en l’acquisition d’un système de surveillance composé de 5 radars secondaires et d’un radar primaire. D’autres projets sont en cours de réalisation, à l’image du centre de contrôle régional au sud du pays « équipé des systèmes les plus récents en matière de surveillance radar ».

Quant à la mission principale de l’ENNA, elle consiste en la mise en œuvre de la politique nationale dans le domaine de la sécurité de la navigation aérienne, en coordination avec les concernés.

Fouad I.