François Hollande en visite à Alger en octobre

François Hollande en visite à Alger en octobre

hollande-segur-570417-jpg_391496.JPGLe nouveau président français élu il y a deux mois, François Hollande, effectuera sa première visite à Alger en sa qualité locataire du Palais de l’Elysée en mois d’octobre prochain.

Avant cette date, une visite du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius précèdera celle de Hollande en effectuant une visite à Alger prévue les 15 et 16 juillet, afin d’élucider les dossiers que doit évoquer le chef de l’Etat français lors de sa visite, dont l’amélioration des relations bilatérales serait certainement au centre des pourparlers.

Le ministère des Affaires étrangères algérien a été hier destinataire d’une correspondance en provenance du Quai d’Orsay l’affirmant de manière officielle la date de la visite de Laurent Fabius, prévue les 15 et 16 du mois courant, a-t-on appris d’une source responsable auprès du département de Mourad Medelci. Ce dernier, devra, en effet reporter son départ en vacances, pour préparer la visite du chef de la diplomatie française, qui est d’un grand intérêt pour les deux Etats.

Cette visite intervient dans des circonstances coïncidant avec l’installation d’un nouveau chef d’Etat français qui a sorti de la course l’ex-président issu de l’Ump, Nicolas Sarkozy, l’installation d’une nouvelle assemblée nationale ainsi due les célébrations du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie, dont les festivités continuent d’attirer les petits et grands qui ont soif de connaitre l’histoire du pays.

Notre source a affirmé en outre que la visite qui devra réunir les deux chefs de diplomatie algérienne et française, Mourad Medelci et Laurent Fabius, se penchera sur l’amélioration des relations bilatérales, quasiment perturbées, dont plusieurs dossiers divergent les autorités des deux pays, sous le règne notamment de l’ex-président français, Nicolas Sarkozy.

Parmi les dossiers qui seront au centre des entretiens entre Bouteflika et Hollande, ainsi qu’entre Medelci et Fabius, figure en l’occurrence la question de la mémoire et le passé colonial.