France : une pneumologue algérienne se bat pour exercer son métier

France : une pneumologue algérienne se bat pour exercer son métier

La France compte parmi les pays européens qui souffrent de la pénurie du personnel dans ses structures. En effet, le secteur de la santé fait partie des domaines d’activité en tension. D’ailleurs, le gouvernement français compte, par le biais de sa nouvelle loi, faire appel à l’immigration pour palier ce besoin.

En effet, la nouvelle loi d’immigration comprend la création d’une carte de séjour pour les professionnels de la santé, dont les médecins quelques soit leurs spécialités. Malgré ce, certains étrangers établis en France galèrent pour décrocher un poste d’emploi. C’est le cas de Yasmine B, une pneumologue algérienne qui compte 17 ans d’expérience dans son domaine.

Avec 17 ans d’expérience en pneumologie, une Algérienne se bat pour exercer en France

Dans un témoignage accordé au Parisien, Yasmine raconte qu’elle est arrivé en France, le mois de juillet dernier, pour rejoindre son mari. Mais depuis le jour, où elle a mis les pieds sur le sol français, elle n’a jamais exercé son métier de pneumologue. Et pourtant, la femme disposée d’une expérience bien calée dans son domaine.

Yasmine B, qui a exercé pendant 17 ans dans plusieurs hôpitaux en Algérie, a déjà déposé sa candidature dans une trentaine d’établissement en France, mais en vain. Malgré la crise de main d’œuvre et le manque du personnel dans les structures hospitalières, trouver un emploi semble toujours compliqué dans ce pays.

La pneumologue algérienne explique cette situation par des problèmes administratifs liés à la législation française. “Je suis devenue femme au foyer” soupire la médecin. Face à une telle situation, cette dernière n’est pas restée les bras croisés, en compagnie de 16 autres médecins dans le même cas, ont transmis un courrier à la ministre de la Santé et des affaires sociales, pour demander la facilitation de leur intégration professionnelle.

Pour rappel, en France, les médecins étrangers doivent passer la procédure d’autorisation d’exercer. Dans le cas de Yasmine, cette dernière a passé ce concours, le mois d’octobre dernier. Et ce, pour obtenir l’honorable note de 12.5 sur 20. Une moyenne qui semble insuffisante, car uniquement trois pneumologues ont été retenus parmi 38 candidatures. Aujourd’hui, elle souhaite passer par les listes B et C de ce concours, pour pouvoir décrocher sa chance d’exercer son métier sur le territoire français.


| À LIRE AUSSI :

>> Canada : un Algérien de 18 ans tué dans une fusillade à Montréal
>> France : une Algérienne poignarde à mort un quinquagénaire à Meaux