Forte affluence sur les bureaux de poste : 1 000 milliards de centimes de retraits par jour

Forte affluence sur les bureaux de poste : 1 000 milliards de centimes de retraits par jour

poste-algerie-26545.jpgAprès les actes de sabotage de cinq chambres téléphoniques et le sectionnement de deux câbles en fibre optique ayant plongé dans l’isolement les localités de Sidi Abed, Tessala El Merdja, Birtouta, Ouled Belhadj dans la nuit du 20 au 21 juillet 2012 et occasionné la rupture des liaisons Internet et téléphoniques au niveau des localités de Baba Ali et d’Ouled Belhadj, ainsi que des perturbations du réseau CCP, le directeur général d’Algérie Poste affirme que les choses sont rentrées dans l’ordre le jour même grâce à l’intervention rapide des services techniques d’Algérie Télécom.

M. Mohamed Laid Mahloul se veut, par ailleurs, rassurant quant à la disponibilité de la liquidité au niveau des bureaux postaux. La fréquentation des guichets, notamment ceux réservés au retrait par CCP qui enregistre, comme à l’accoutumée, une sensible hausse durant les  premiers jours de Ramadhan, engendre des pics, notamment au niveau des grands  centres de retrait.

Il est en effet désormais établi que le problème de liquidité se fait ressentir d’une manière assez accrue avec la multiplication des opérations de retrait au début du mois de Ramadhan et à l’approche  de l’Aïd  et de la rentrée scolaire.

L’importance des mouvements durant ces périodes cruciales est telle que le nombre d’opérations CCP, entre retraits et versements,  qui sont habituellement d’une fréquence de l’ordre d’un million par jour, frôlent les trois millions.

Le DG d’Algérie Poste explique à ce titre que, selon l’affluence des citoyens, certains jours sont plutôt fluides au niveau des bureaux postaux et d’autres plus chargés. Il demeure qu’en moyenne, quelque 1 000 milliards de centimes sont quotidiennement retirés des bureaux de poste à travers le territoire national, affirmé M. Mahloul.

Cette hausse de la masse monétaire en circulation est l’une des conséquences directes  des augmentations salariales accordées ces deux dernières années. Le retrait moyen par mois et par personne a évolué de 14 000 dinars en 2009 à 21 000 dinars en 2010 pour atteindre les 25 000 dinars  l’an dernier.  Un chiffre qui est à multiplier bien sûr par le nombre des clients de la poste qui a atteint les 13 millions.

Faut-il rappeler qu’Algérie Poste a dû recourir l’an dernier pendant une semaine (du 20 au 27 novembre 2011) au plafonnement des retraits à 40 000 dinars par client en 48 heures.

Et en parallèle, l’entreprise  a  mis en place un dispositif spécial pour assurer la disponibilité des liquidités dans ses bureaux durant le mois de Ramadhan, lequel a notamment porté  l’an dernier sur le réaménagement des horaires de travail avec l’ouverture de plusieurs guichets dans la soirée afin de juguler l’affluence des clients durant le mois sacré. Des commissions et groupes de travail sont aussi à pied d’œuvre au niveau régional pour coordonner les efforts et assurer d’une manière efficace la disponibilité des fonds et ce, en collaboration avec la Banque d’Algérie et les autorités locales, notamment durant les périodes de Ramadhan, de l’Aïd et de la rentrée sociale.

Le nouveau plan adopté par Algérie Poste favorise également le retrait électronique avec la multiplication des distributeurs automatiques et la dotation des centres commerciaux en terminaux de paiement pour permettre aux citoyens d’effectuer leurs achats de manière plus aisée et leur éviter les déplacements vers les guichets pour effectuer des retrait d’argent.

L’introduction de nouveaux modes de paiement avec l’activation du service de demande d’avoir par SMS pour réduire davantage l’affluence sur les bureaux et la généralisation du paiement par carte magnétique au niveau d’Algérie Télécom, de la Sonelgaz et de la Société des  eaux devrait ainsi contribuer à résoudre définitivement le problème des liquidités et sortir de la logique d’événement et éviter que le problème revienne à chaque occasion de fêtes religieuses ou autres en assurant le même service à longueur d’année.

Hamida B.