FLN, Les propositions de Si Affif pour une sortie de crise

FLN, Les propositions de Si Affif pour une sortie de crise

64_slide_1_130717102952.jpgPour lui, la sortie de crise doit passer par la mise en place d’un directoire où d’un SG provisoire, à l’instar du RND, en vue d’organiser l’élection du nouveau patron du parti.

Un lobby de l’argent s’est installé au FLN. Il a pris en otage le groupe parlementaire et veut prendre en otage tout le parti, a déclaré hier le député et membre du bureau politique (BP), Abdelhamid Si Affif, au Forum du quotidien DK News. Cette pollution a commencé déjà avant la venue de Belkhadem, son prédécesseur ayant des ambitions présidentielles, il s’est employé à s’entourer d’hommes d’affaires extra-FLN.

Belkhadem l’a perpétuée en cooptant des gens hors du parti dans ses instances afin de s’assurer le financement de sa candidature pour la présidentielle de 2014. Il qualifie cette attitude de “dérapage”. Si Affif a tranché, à la fin, que ce dernier n’aura pas la caution du comité central pour sa candidature. ”À moins qu’il ne se présente en candidat indépendant”, a-t-il souligné. L’invité du forum s’est étalé sur l’origine de la crise du parti, mais a accordé plus de détails à la crise du groupe parlementaire et de l’issue de la question de la succession de Belkhadem. Il a considéré la crise du groupe parlementaire où s’affrontent deux listes, l’une élaborée par son président sortant, M. Khaoua, et l’autre par le coordinateur, M. Belayat, avec la bénédiction du BP, n’est qu’une tempête parmi d’autres. Il s’est cependant expliqué sur le conflit du groupe parlementaire où le président sortant, nommé par Belkhadem, a tout fait pour avoir un second mandat d’une année. Voyant qu’il ne figure pas sur la liste du coordinateur validée par le BP, il a élaboré sa propre liste. Pourtant, a précisé Si Affif, 156 députés ont signé une pétition de retrait de confiance contre lui. Cette même liste, avec l’en-tête changé, a-t-il déploré, qu’il a exhibée sur une chaîne satellitaire comme étant ses soutiens. Malgré le courrier de Belayat, les députés FLN désignés dans les instances de l’APN ne sont pas encore installés. Il a insisté pour que le président de l’APN trouve une formule pour que l’ouverture de la prochaine session se déroule en présence des nouveaux membres des instances. Pour la succession de Belkhadem à la tête du parti, Si Affif avance trois solutions. L’ouverture des candidatures aux membres du CC. Et là, il annonce qu’il sera de la partie. La seconde consiste en la mise en place d’un directoire, une direction collégiale dont il espère faire partie aussi, qui sera soumise au vote du CC. En dernier, reste l’option déjà adoptée par le RND, à savoir reconduire Belayat avec un statut de secrétaire général par intérim jusqu’au congrès prévu en mars 2015. Il soutient également cette option. Pour la prochaine présidentielle, il soutient évidemment le président Bouteflika, président du parti, dans le cas où il déciderait de briguer un quatrième mandat. “C’est par éthique et par morale que je le soutiens et parce qu’il est le président du parti”, a-t-il expliqué. Sinon, il a plaidé pour une candidature consensuelle soutenue par la majorité au pouvoir. Il est cependant certain que ce candidat consensuel sera issu du FLN qui est “une machine électorale”.

Il a par ailleurs descendu le groupe des 11 partis qui ont appelé à l’application de l’article 88 de la Constitution dans le cas Bouteflika et la mise au musée du FLN en intégrant dans la prochaine constitution un article relatif à cela. Il les définit d’ailleurs comme des pseudos partis politiques issus de scissions et qu’ils ne représentent rien sur la scène politique.

D