Feghouli, Brahimi, Slimani et M’bolhi encensés dans le rapport technique du Mondial 2014

Feghouli, Brahimi, Slimani et M’bolhi encensés dans le rapport technique du Mondial 2014

yacine-brahimi2_1.jpgQuatre joueurs de l’équipe nationale ont été encensés dans le rapport technique du Mondial 2014, qui a été publié sur le site internet de la Fédération internationale de football (FIFA). Il s’agit du gardien de but, Raïs M’bolhi, des milieux offensifs Sofiane Feghouli et Yacine Brahimi, et de l’avant-centre, Islam Slimani. Sofiane Feghouli est considéré comme un «milieu de terrain très présent en attaque comme en défense, mobile, bon dribbleur, excellent en situation de un-contre-un». Yacine Brahimi est jugé «efficace au milieu de terrain, crée de nombreuses attaques dangereuses, excellente technique, bon soutien à l’avant-centre, très bons coups francs».

Pour Islam Slimani, il est un «attaquant constamment dangereux», avec «frappes puissantes, bonnes qualités techniques et physiques, très bon jeu de tête». Quant à M’bolhi, il fait partie des «gardiens de but exceptionnels» du Mondial 2014.

«Les gardiens de but ont été, eux aussi, exceptionnels dans cette compétition. Cette nouvelle génération de gardiens est notamment incarnée par Neuer (Allemagne), Navas (Costa Rica), Ospina (Colombie), Bravo (Chili), Benaglio (Suisse), Ochoa (Mexico) et M’bolhi (Algérie)», a-t-on précisé dans ce rapport technique où la sélection algérienne, qui s’est qualifiée pour la première aux huitièmes de finale, a été valorisée.

«La Coupe du monde a également permis d’assister à l’essor et au développement de pays tels que le Costa Rica et l’Algérie, qui ont mené la vie dure à des nations plus établies.

Les Algériens ont mis l’Allemagne en grande difficulté grâce à leurs contre-attaques rapides, obligeant les futurs champions du monde à disputer une prolongation, pour, finalement, s’incliner de justesse, 2-1», a-t-on signifié, tout en ajoutant que l’EN fait partie des équipes redoutables en contre-attaques.

«Les équipes sud-américaines (Chili et Colombie notamment), et africaines (Nigeria, Ghana et Algérie) ont fréquemment utilisé des contres rapides», a-t-on précisé dans ce rapport technique, où l’on a révélé, d’autre part, qu’aucun cas de dopage n’a été enregistré durant ce Mondial 2014 et ce, après l’analyse de 512 échantillons par le laboratoire accrédité par l’AMA de Lausanne (Suisse).

L. B.