Enseignement supérieur: l’année blanche écartée et rattrapage des cours perdus

jeudi 16 mai 2019 à 15:50
Source de l'article : Www.aps.dz

ALGER – Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Tayeb Bouzid a écarté, jeudi à Alger, l’éventualité de décréter une année blanche pour l’année universitaire actuelle, assurant que les cours n’ayant pas été dispensés en raison de la grève au niveau des universités seront rattrapés.

Lors d’une conférence de presse animée, à l’issue de l’ouverture de la conférence nationale des universités, le ministre a affirmé qu' »il n’y a pas lieu de parler d’une année blanche, vu que les cours ont été dispensés normalement durant le premier semestre », ajoutant que le retard pédagogique sera, néanmoins, rattrapé, à la faveur d’une série de mesures qui feront l’objet d’examen au niveau des établissements universitaires ».

Plusieurs solutions ont été définies par le secteur pour « rattraper les écarts enregistrées dans les activités pédagogiques, et ce afin de préserver la crédibilité de la formation, d’autant que l’écart n’existe pas uniquement entre les différentes universités, mais au sein d’un même établissement, entre spécialités, classes ou facultés ».

Pour remédier à cette situation, « il est de notre devoir à tous, enseignants-chercheurs, étudiants, fonctionnaires et responsables d’œuvrer à protéger l’université algérienne contre tout risque de dérapages pouvant compromettre le processus pédagogique de l’étudiant, et de contrer toute tentative visant à porter atteinte à la crédibilité du diplôme de l’Enseignement supérieur et à la réputation de l’université ».

Le ministre a appelé les directeurs des établissements universitaires, des centres et agences de la recherche scientifique, à « la nécessité de s’engager à l’adoption du dialogue comme méthode et de la concertation comme moyen, en vue de trouver les solutions idoines à même de prendre en charge les impacts induits par les circonstances exceptionnelles que vit le système universitaire ».

Il a également exhorté les mêmes responsables à « rattraper le temps pédagogique perdu, à travers leurs initiatives dans le cadre de plans et programmes adoptés, en concertation avec toutes les composantes de la corporation universitaire, tout en prenant en compte les contrastes enregistrés ».

Après avoir émis le vœu de voire les étudiants rejoindre les bancs des universités, M. Bouzid a indiqué que  » bien que le large mouvement populaire que vit le pays ait impacté le déroulement ordinaire et régulier des activités pédagogiques et scientifiques dans la plupart des établissements universitaires qui ont connu une série de dysfonctionnements et de tensions, il n’en demeure pas moins que le Hirak a révélé la force, l’efficacité et la contribution de la corporation universitaire et scientifique dans la dynamique du sursaut nationale que connaît la société ».

Enfin, le ministre a fait part de sa confiance en « la corporation universitaire et scientifique qui fait preuve d’esprit de responsabilité, de sagesse et de clairvoyance et qui saura comment dépasser les difficultés conjoncturelles enregistrées et trouver les solutions innovantes, en vue de prendre en charge les préoccupations soulevées, à même de prendre en compte l’intérêt de l’étudiant et d’être au service de l’université. »

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
63 queries in 0,180 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5