En raison des chutes de neige et du vent violent, Plusieurs localités du pays paralysées

En raison des chutes de neige et du vent violent, Plusieurs localités du pays paralysées

neige-trafic-perturbations_442 - Copie.jpgLes intempéries qui ont marqué quelques régions du pays, ces trois derniers jours, ont causé beaucoup de dommages. En effet, les pluies torrentielles et les flacons de neige qui se sont abattus sur les reliefs du Centre et de l’Est, ont engendré maints désagréments, à savoir, l’effondrement de murs, arrachage de poteaux électriques et d’arbres ainsi que le blocage des routes.

Certaines localités ont enregistré des perturbations dans l’approvisionnement en électricité, comme c’est le cas de la ville de Sétif.  En outre, la situation du réseau routier n’est pas des moindres. A cet égard, de grandes difficultés de déplacement ont été notées sur les routes nationales 05 et 09 reliant respectivement, Sétif à Constantine et Sétif à Béjaïa ainsi que sur l’autoroute Est-ouest. La ville d’Oran a été, quant à elle, le théâtre de grandes rafales de vents causant l’effondrement de quelques murs d’immeuble ainsi que l’arrachage de poteaux électriques. D’une puissance de 80 km/heure, le vent avait déraciné, jeudi passé, le mur d’un haouch à hai « El Hamri » et d’un autre à haï Derb, d’après la protection civile. Le bilan partiel de la Protection civile fait état également de la chute d’une ligne de haute tension à Béthioua, à proximité d’une station d’essence, de deux poteaux électriques, respectivement dans la localité de Saint Rock (Aïn El Turck) et à l’entrée de Gdyel, ainsi que d’un panneau publicitaire dans une placette publique à hai Médina J’dida. Deux arbres centenaires ont été également déracinés à Sidi Bakhti, dans la daïra de Boutlélis. L’installation d’une dizaine de citernes d’eau sur les terrasses à la cité 2 000 logements à haï Khémisti (Oran) a aussi été affectée, selon la même source.

Les retombées conséquentes des intempéries, engendrent également des perturbation dans le réseau électrique à Sétif, occasionnant des coupures de courant dans les régions situées au nord de la wilaya, notamment Achache, Béni Ourtilène, El Melsa et El  Mahdia entre autres, avait indiqué jeudi dernier, la société Sonelgaz. Précisant dans ce  contexte, que quatre centres de distribution publique d’électricité ont été endommagés, souligne la même source. Les flocons de neige qui ont enseveli la ville de Tissemsilt, ont formé des couches de glace bloquant le trafic routier du tronçon de la RN 14, entre les communes de Theniet El Had et Layoune et à une partie de la RN 19, entre les communes de Tamlaht et Bordj Bounaama avec une difficulté de  circulation dans certains axes routiers, notamment sur le CW 5, entre Sidi Boutouchent et Theniet El Had, apprend-t-on auprès de la Gendarmerie nationale.

La wilaya de Médéa était également confrontée à des difficultés de circulation dont résulte la fermeture  » provisoire  » de certains axes routiers en raison des fortes chutes de neige enregistrées depuis la fin de la matinée de mercredi dans les parties Centre, Ouest et le Sud-est de la wilaya, selon la même source. La tâche des services de la Protection civile n’a pas été de tout repos en ces jours de mauvais temps, 2 000 interventions ont été effectuées par ces derniers, dans plusieurs régions du pays, avait indiqué le sous-directeur de l’information et des statistiques de la Protection civile, Farouk Achour.

Dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, les éléments de la Protection civile sont intervenus pour secourir 24 élèves à bord d’un bus, qui était coincé par la neige sur la route, avait affirmé le commandant Farouk Achour.

Malgré le déploiement des villageois pour faire face aux chutes de neige, en Kabylie, cette vague de froid a sérieusement affecté des milliers de citoyens. La route nationale (RN) 20 reliant Ghebalou à Tizi-Ouzou, a ainsi été coupée au niveau du col de Tirourda en raison de l’amoncellement de la neige, alors que le chemin de wilaya 253 reliant Iferhounene à Akbou, est également coupé à la circulation, suite au glissement de terrain et au débordement d’un oued au niveau du village d’Ait Aissi.

Par Kahina Sameur