En confiant le projet aux soins du groupement Daewoo – Cosider,El-Harrach-plage un rêve !

En confiant le projet aux soins du groupement Daewoo – Cosider,El-Harrach-plage un rêve !

4 RLe projet de dépollution du fleuve Oued El-Harrach et l’aménagement de ses abords, confié au groupement algéro-sud coréen Cosider et Daewoo Environnement, sera finalisé dans un délai de 48 mois, selon le ministre des Ressources en Eau, Abdelmalek Selal.

«L’étude du projet de dépollution et d’aménagement est achevée et les travaux vont démarrer incessamment», a déclaré le ministre en marge du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau, SIEE Pollutec, qu’il a inauguré hier à Alger.

Evalué à 38 milliards de dinars, ce projet consiste à traiter les eaux de l’oued sur 19 km à travers la réalisation d’une station d’épuration, mais il s’agit également de l’aménagement des aires de loisirs sur les deux rives du cours d’eau, pollué depuis plusieurs décennies par les rejets des unités industrielles.

A entendre les détails du ministre, le projet transformera complètement le site. «Six terrains de sport gazonnés sur les deux rives de l’oued, des aires de plaisance en plus d’une maison d’environnement asiatique et d’un musée Afrique», a-t-il détaillé.

Les eaux qui couleront dans l’oued seront propres car elles proviendront des eaux épurées rejetées à la mer par la station de Baraki, qui seront pompées et canalisées vers ce fleuve. Les coréens, qui reproduiront en Algérie leur expérience dans la dépollution des fleuves, comptent aménager de vastes espaces verts tout au long des abords de l’oued, où ils planteront des espèces spéciales aidant à la dépollution des eaux, à l’apport d’une bonne oxygénation et à l’élimination des mauvaises odeurs.

Le ministre a indiqué que la gestion de cet espace sera confiée à l’entreprise coréenne Daewoo pendant deux années, durant lesquelles celle-ci devra s’occuper de la maintenance des équipements conjointement avec l’Office des parcs de loisirs d’Alger (Opla).

S’exprimant sur la 8e édition du Salon Pollutec, le ministre a fait constater que celui-ci a pris de l’ampleur avec 264 participants. Il a également affirmé que de grands projets dans le secteur de l’hydraulique sont en cours, notamment l’assainissement et l’irrigation.

Il a affirmé que la grande participation des nationaux à cette édition va permettre de faire travailler la production nationale, et d’acquérir de plus en plus de la nouvelle technologie en matière de métiers de l’eau et de tous les produits qui concernent le secteur des ressources en eau.

Il a précisé par ailleurs que les entreprises étrangères, présentes en Algérie pour la réalisation ou pour les équipements, sont tenues de travailler en groupement avec les entreprises nationales afin de permettre le transfert de la technologie et du savoir-faire. Concernant les investissements consentis au secteur de l’eau, le ministre a affirmé qu’ils se chiffrent à 950 milliards de dinars en 2012.

LES BARRAGES ATTEIGNENT UN TAUX HISTORIQUE

Interrogé sur le taux de remplissage des barrages et la sécurisation des besoins du pays en matière de ressources hydriques, M. Sellal a affirmé que leur taux de remplissage a atteint un record historique de 80 %. «C’est la première fois qu’on arrive à avoir un taux aussi élevé», s’est-il félicité en expliquant que ce niveau a été possible grâce aux dernières précipitations enregistrées dans différentes régions du pays, mais aussi grâce à la multiplication du nombre de barrages.

Z. M