« El Partiya », spectacle d’improvisation avec le public, présenté à Alger

vendredi 7 décembre 2018 à 15:49
Source de l'article : Www.aps.dz

ALGER – La soirée de clôture des Journées du Théâtre d’Oran (TRO) Abdelkader-Alloula à Alger, a été marquée par la présentation, jeudi soir, du spectacle d’improvisation, « El Partiya », auquel le nombreux public a pris part, dans une ambiance conviviale.

Membres de la troupe « Drôle Madaire », six jeunes comédiens, ont animé la scène du Théâtre municipal d’Alger-Centre, avec « El Partiya », un spectacle d’improvisation, sans scénario ni mise en scène au préalable, qui suppose l’implication directe du public avec les comédiens.

Quatre performances de 25 mn chacune, montées en interaction avec le public qui avait à définir à chaque fois le repère spatio-temporel, les personnages, leurs noms, âges et professions, ainsi que la situation de départ.

Sara Soualmia, Imad Eddine Halimi, Mohamed Seddik Cheikh, Yacine Noureddine Bendaoud, Amine Ould Ahmed et Imad Rachad Terzi, ont ainsi permis au nombreux public présent de s’identifier, à travers ses propres histoires.

« Bachir l’entrepreneur en bâtiments », « Le cadeau du 1er avril », « Chez le juge » et « Bouts de papier », sont les quatre thèmes sur lesquels les comédiens ont fait montre de toute l’étendue de leurs talents respectifs, entretenant des échanges intenses au rythme ascendant et soutenu.

Le public a trouvé ce procédé « original », dans la mesure où il permet « d’interagir » avec les comédiens et de « vivre le spectacle « autrement » après avoir « participé à sa création ». A l’issue du spectacle, les comédiens, ravis de cette expérience, sont allés à la rencontre de leur public qui les a longtemps applaudis.

Dans de courtes prestations mais pleines, l’improvisation, qui appelle un esprit vif et éveillé, se pratiquait à tous les niveaux d’interprétation, tant sur le plan de la trame et de la mise en scène où il fallait tout créer, mais aussi sur celui des objets et accessoires qu’il fallait inventer et jouer également. Peu connu dans l’univers du 4e Art en Algérie, ce registre permet le développement de « l’imaginaire » et de l’ »intelligence en temps réel », explique un des responsables de la troupe.

Ainsi, il fallait jouer entre autres objets suggérés, une grue de chantier, un immeuble, différentes formes de constructions, un lampadaire, une boîte de chaussures, un chat, un chien, un projecteur qui s’allume et il fallait aussi remplacer des éléments de la scénographie comme la bande son, prise en charge par Yacine Noureddine Bendaoud qui a chanté dans plusieurs styles pour habiller différents tableaux.

Créée en 2012, la troupe « Drôle Madaire » a eu à se produire dans plusieurs villes d’Algérie et a déjà participé à des rencontres internationales dans le registre du théâtre de l’improvisation, en Suisse, France, Maroc, Tunisie et Belgique notamment. « El partiya », est le huitième spectacle du programme, étalé du 1er au 6 décembre, des Journées du Théâtre régional d’Oran (Tro), attendues, après Alger, à Constantine, Guelma et Bejaïa.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
24 queries in 5,425 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5